Tennis - La «Next Gen» a rendez-vous en finale du Masters 1000 de Miami
Publié

TennisLa «Next Gen» a rendez-vous en finale du Masters 1000 de Miami

Jannick Sinner, qui a éliminé Roberto Bautista, et Hubert Hurkacz, qui a sorti Andrey Rublev, ont crée la surprise lors des demi-finales du tournoi floridien.

Après avoir fait tomber Tsitsipas, Hurkacz s’est payé le scalp de Rublev.

Après avoir fait tomber Tsitsipas, Hurkacz s’est payé le scalp de Rublev.

Getty Images

L’Italien Jannick Sinner, 19 ans, et le Polonais Hubert Hurkacz, 24 ans, se sont qualifiés vendredi pour leur première finale d’un Masters 1000 à Miami, où la «Next Gen» qu’ils représentent a imposé son tennis cette semaine en l’absence des cadors du circuit.

Talentueux, offensif et persévérant, Sinner, 31e mondial, est venu à bout 5-7 6-4 6-4 du redoutable défenseur espagnol Roberto Bautista, 12e. «Nous avons tous les deux joué un excellent tennis. Ce n’était pas facile. Il y avait un peu de vent. Je suis très heureux de ma performance», a réagi à chaud le vainqueur, qui visera un 3e titre sur le circuit ATP dimanche.

Pour sa troisième participation à un tournoi de cette catégorie, juste en dessous des Grands Chelems, il rejoint Andre Agassi, sacré en 1990, Rafael Nadal, finaliste en 2005, et Novak Djokovic, vainqueur en 2007, parmi les plus jeunes finalistes à Miami. «C’est bien d’être en finale ici, mais ça ne veut rien dire. La route est très longue, je veux m’améliorer jour après jour et nous verrons ce qui se passe», a déclaré Sinner, quart-de-finaliste l’an passé à Roland Garros.

De bons retours

Face à l’expérimenté Espagnol de 32 ans, qu’il avait une première fois battu cette année à Dubaï, Sinner a su ne pas se décourager, malgré l’impression récurrente de taper dans un mur lui renvoyant toutes les balles.

Breaké d’entrée par Bautista qui a contré ses premières bombes de coups droits, Sinner a vite refait son retard, grâce à de bons retours punissant des deuxièmes balles timides de l’Espagnol (3-3). Mais ce dernier a encore réussi à lui prendre son service pour mener 6-5 et conclure le premier set.

Sinner, qui a effacé trois balles de break à 3-3 dans la deuxième manche, a alors haussé son niveau de jeu et su faire plier Bautista, notamment en montant à la volée plusieurs fois, pour pousser au troisième set. Comme au premier, Bautista a breaké, puis Sinner a débreaké à 3-3. Et il a de nouveau agressé son adversaire qui a fini par abdiquer sur son service à 5-4 contre lui, sur une énième gifle de coup droit.

L’Italien a dû ensuite regarder avec intérêt la performance impressionnante de Hurkacz (26e mondial) face à Andrey Rublev, 8e mondial, qui avait hérité du statut de favori après les éliminations des deux premières têtes de série, le Russe Daniil Medvedev et le Grec Stefanos Tsitsipas, en l’absence des cadors Novak Djokovic, Rafael Nadal et Roger Federer.

Hurkacz impressionne

Après avoir solidement écarté (2-6 6-3 6-4) la veille Stefanos Tsitsipas, 5e mondial, le Polonais a encore fait mieux en balayant 6-3 6-4 son adversaire, cogneur cogné, qui n’est jamais vraiment entré dans son match, semblant plus gêné par le fort vent que son adversaire.

Ainsi dès la perte de son premier jeu de service, le Russe était déjà tout près de fracasser sa raquette au sol, se retenant finalement. Rapidement mené 5-1 après un deuxième break concédé, il a su réduire l’écart en débreakant une fois, mais pas deux alors qu’il en a eu l’occasion, Hurkacz parvenant alors à empocher la première manche sur sa 4e tentative.

Des revers surpuissants

Dès l’entame du 2e set, le grand (1,96 m) Polonais a chipé le service de son rival. Ce dernier a eu trois balles de débreak à 5-4, mais Hurkacz a lâché des revers surpuissants, avant de conclure à sa troisième balle de match en avançant au filet.

A 24 ans, il tentera dimanche d’ajouter Miami à son palmarès, après Winston-Salem en 2019 et Delray Beach en début d’année. Face à un joueur qu’il n’a jamais encore affronté, mais avec lequel il joue déjà... en double.

Ces deux amis ont d’ailleurs reconnu avoir été bien conscients de l’opportunité à saisir cette semaine en l’absence du «Big3». Avec les mêmes mots: «On savait qu’on pourrait aller loin», a confirmé Hurkacz, quand Sinner a assuré avoir «abordé ce tournoi avec le bon état d’esprit, de façon à... aller très loin». Lequel des deux ira au bout ? Réponse dimanche.

(AFPE)

Votre opinion