10.11.2013 à 08:43

ROGER FEDERER«Une finale suisse? Ce serait tellement extraordinaire!»

Roger Federer n'ose pas affirmer que ce sera le cas au Masters de Londres. Mais qui sait... En tout cas, théoriquement, la possibilité existe.

par
R.Ty

Roger Federer à l'interview sur <i>Sky Sports</i>, juste après sa victoire face à Juan Martin Del Potro.

Roger Federer (no 6) accepte volontiers d'endosser le costume d'outsider dimanche face à Rafael Nadal (no 1) en demi-finale du Masters (15 h, en direct sur «LeMatin.ch»). «La pression sera moindre sur mes épaules», affirmait-il.

«Les circonstances sont particulières étant donné ce qu'il a vécu et ce que j'ai vécu cette saison. Le fait de pouvoir jouer de manière libérée est ce dont j'ai besoin pour pouvoir élever mon niveau de jeu», précisait le sextuple vainqueur du Masters, qui estime qu'il doit avant tout récupérer sur le plan mental après sa bataille livrée en trois sets face à Juan Martin Del Potro samedi.

«J'aurai un rôle à jouer»

«D'éventuelles douleurs physiques passent au second plan désormais. La saison est pratiquement terminée. Je vois la lumière au bout du tunnel. J'ai encore deux matches à jouer au maximum. L'envie de bien faire est là, et je me réjouis de disputer cette demi-finale», poursuivait le Bâlois de 32 ans, qui pensait depuis le début du tournoi que son affrontement avec Juan Martin Del Potro allait être décisif dans l'optique d'une qualification.

L'Argentin estimait que l'issue de cette première demi-finale dépendrait grandement de Roger Federer. «Il faudra voir comment Roger récupérera sur le plan physique, lâchait le vainqueur de l'US Open 2009. On sait tous que Rafa est un métronome. Roger est capable d'évoluer à un plus haut niveau par moments, mais il peut aussi commettre de nombreuses fautes.»

Roger Federer ne partageait que partiellement cet avis. «Rafa s'est montré un peu trop passif depuis le début de la semaine. Je suis sûr qu'il cherchera à prendre l'initiative, expliquait le Bâlois. J'aurai un rôle à jouer, mais Rafa est capable d'enchaîner les bons coups et les jeux. Il possède un talent extraordinaire, et n'est pas no 1 mondial pour rien.»

Il reste réaliste, mais...

Ose-t-il imaginer une finale face à Stanislas Wawrinka, qui défiera Novak Djokovic dimanche soir (21 h, également en direct sur «LeMatin.ch»)? «Restons réalistes, nous ne sommes pas favoris. Mais ce serait déjà incroyable si l'un de nous deux se hissait en finale. Si nous devions réussir à nous qualifier tous les deux, ce serait tellement extraordinaire que le résultat de la finale importerait peu», concluait Roger Federer.

(SI)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!