Publié

ScandaleUne fratrie genevoise au cœur d'un réseau de cannabis

Trois frères, dont deux actifs dans des établissements financiers genevois, sont accusés d’avoir recyclé des dizaines de millions d’euros pour le compte de dealers de cannabis de la banlieue parisienne. L’affaire éclabousse aussi des notables à Paris: une élue verte a été mise en examen.

par
Dominique Botti
François Pilet
Un des membres du réseau dirigeait une société de gestion de fortune dans le quartier de Rive, à Genève. Cet établissement, créé par son beau-père il y a 35 ans, est réputé pour son sérieux. L’affaire a mis en émoi la communauté séfarade à laquelle il appartient.

Un des membres du réseau dirigeait une société de gestion de fortune dans le quartier de Rive, à Genève. Cet établissement, créé par son beau-père il y a 35 ans, est réputé pour son sérieux. L’affaire a mis en émoi la communauté séfarade à laquelle il appartient.

Sébastien Anex

Des personnes exerçant des professions libérales, des chefs d’entreprise et même une élue écologiste, tous tombés dans les griffes de la justice française dans une affaire de blanchiment de l’argent de la drogue. L’affaire mise au jour mercredi lors d’une série de perquisitions à Paris et Genève a tourné au scandale politique hier avec l’arrestation de 17 personnes et la mise en examen de huit autres. Parmi lesquelles Florence Lamblin, adjointe au maire du XIIIe arrondissement de Paris, élue du parti Europe Ecologie libérale - Les Verts (EELV). L’évocation de son nom a fait courir les rumeurs les plus folles. Le maire de Paris, Bertrand Delanoë, a poussé l’élue à la démission en jugeant l’affaire «très, très grave». La droite parisienne a aussitôt dénoncé la «permissivité» de la gauche face à la drogue.

Votre opinion