Prostitution - Une Genevoise vend sa virginité pour 500 000 francs
Publié

ProstitutionUne Genevoise vend sa virginité pour 500 000 francs

Se disant fascinée par la prostitution, une Suissesse de 18 ans propose de servir d’escort girl durant un an contre un demi-million.

L’annonce a été publiée sur un site genevois d’escort girls.

L’annonce a été publiée sur un site genevois d’escort girls.

iStock

Une annonce pour le moins surprenante a été publiée la semaine dernière sur le site le site d’escort girls fgirl.ch: une Genevoise de 18 ans propose sa virginité en échange de 500 000 francs, révèle le «GHI».

La jeune femme se présente comme une «Suissesse avec une formation littéraire en poche, timide mais pas trop introvertie pour autant». Et de continuer: «J’ai toujours voulu devenir prostituée, car j’ai été fasciné par le monde des courtisanes qui obtenaient liberté, épanouissement financier et confort social à travers la séduction et le sexe.»

La Genevoise annonce ensuite son offre: «je souhaite proposer ma virginité à travers un accompagnement particulier. Mon moi est à prendre pour une année d’escorting. Vie à deux, partages, sensualité et amour. Le prix est de 500 000 francs non négociable.» Et de préciser, non sans humour: «Ne perdez pas votre temps à me proposer 1 h à 10 000 francs, je ne vends pas des tapis.»

«Jamais vu ça»

Cofondateur du site, Bradley Charvet indique dans le journal genevois n’avoir «jamais vu ça» en dix ans. Un contact a été pris avec la jeune femme pour s’assurer qu’il ne s’agissait pas d’une blague et le sérieux de sa démarche a été attesté.

La Genevoise au pseudo Eclosia a également répondu aux questions du «GHI» par mail, pour préserver son anonymat. Elle admet que l’argent fait partie de ses motivations. Elle entend l’investir pour créer une association sur «l’impact des déchets et de leur stockage». La jeune femme redit sa fascination pour la prostitution et explique que perdre sa virginité avec une personne qu’elle aurait choisie n’est pas important à ses yeux. «Je n’ai jamais été portée sur la relation homme/femme. Je ne crois pas être déjà tombée amoureuse pour le moment, ce pourquoi je ne crois pas vraiment au prince charmant. Ceci dit, je ne ferme pas pour autant la porte à l’amour.»

Le journal, enfin, précise que cette démarche est parfaitement respectueuse de la loi: la prostitution est légale à Genève pour les personnes majeures tant qu’elles sont fichées auprès de la police des mœurs.

(R.M.)

Votre opinion