Actualisé 05.12.2019 à 14:40

DébatUne grève en France qui divise en Suisse

Pour Olivier Français (PLR/VD), Emmanuel Macron a raison. Pour Nicolas Walder (Verts/GE), ce sont les grévistes qui ont raison... A la fin, chacun espère que cela ne s'éternise pas trop.

par
lematin.ch
Olivier Français (PLR/VD) estime que la «retraite universelle» d'Emmanuel Macron va dans la bonne direction. Pour Nicolas Walder, c'est un démantèlement pour des gens dont le niveau de vie est déjà très bas.

Olivier Français (PLR/VD) estime que la «retraite universelle» d'Emmanuel Macron va dans la bonne direction. Pour Nicolas Walder, c'est un démantèlement pour des gens dont le niveau de vie est déjà très bas.

Keystone

Alors que nos voisins français se mettent en grève pour préserver leur retraite à 62 ans et leurs régimes spéciaux, certains en Suisse, notamment au PLR, envisagent de la prolonger au-delà de 65 ans... Deux pays, deux mondes... Pour le conseiller aux Etats vaudois Olivier Français (PLR/VD): «Emmanuel Macron a raison d'introduire une retraite universelle. Les privilèges du service public par rapport à la réalité de l'économie privée doivent disparaître».

«Nous avons besoin d'une France forte»

Fraîchement réélu, le Vaudois estime que le président français va dans la bonne direction, mais que sa position n'est pas simple à défendre: «J'ose espréer que la grève ne durera pas trop longtemps. Selon l'ampleur cela peut avoir des conséquences chez nous. Il ne faudrait pas que cela dure trois semaines comme en 1995. Nous avons besoin d'une France forte, comme d'une Italie forte, d'une Allemagne forte car ce sont nos voisins partenaires».

Crainte pour l'aéroport

C'est à Genève que la grève se fait sentir dès aujourd'hui. Une cinquantaine de vols ont été supprimés à l'aéroport de Cointrin et les TGV vers Paris sont supprimés. «Si cela ne dure pas, l'impact sera limité, observe le nouveau conseiller national Vincent Maître (PDC/GE). Mais un blocage de l'aéroport, même partiel, se chiffre rapidement en millions de francs de perdus.»

«Un pays ingouvernable»

Sur le fond, le démocrate-chrétien est perplexe: «Mon regard sur la France, subjectivement, est que c'est un pays ingouvernable. Le poids des syndicats est énorme et s'ajoute à la montée des gilets jaunes. Cela paraît sans fin comme situation. Pour cette raison, en Suisse, nous devons soigner notre partenariat social et que chacune des parties s'entendent à rester raisonnable dans ses revendications».

«Le ras-le-bol est partout»

Mais, pour le nouvel écologiste genevois, le maire de Carouge Nicolas Walder (V/GE), ces grèves sont légitimes: «Personnellement, j'exprime ma solidarité avec les Français qui font grève aujourd'hui. Les réformes proposées par le Gouvernement vont toutes dans un sens libéral et provoquent la déconstruction sociale. Quand on voit le niveau de vie d'une certaine catégorie de la population en France, les gens ont raison de manifester. Les signaux d'alerte se sont multipliés avec les gilets jaunes, les hôpitaux, les universités ou les paysans. Le Gouvernement est très jacobin, il n'écoute pas la population. Aujourd'hui, le ras-le-bol est partout».

Une grève qui va durer, voire se renforcer

Nicolas Walder est conscient de l'impact négatif de cette grève du côté de la frontière suisse sur les transports ou l'approvisionnement: «Mais ces petits désagréments ne sont rien à côté de la légitimité des Français à faire valoir leur droit et à défendre leur qualité de vie. En France, la grève fait partie des outils démocratiques». Voit-il une issue proche à cette crise? «Le Gouvernement devra retirer la réforme des retraites et compenser en augmentant le SMiC, sinon cette grève est appelée à durer, voire à se renforcer».

Eric Felley

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!