Jura bernois: Une haie plantée pour les chauves-souris

Publié

Jura bernoisUne haie plantée pour les chauves-souris

Près de Bellelay, l’oreillard brun aux longues oreilles profitera d’un alignement d’arbustes qui servira de corridor de déplacement.

par
Vincent Donzé
1 / 4
Structurant et diversifiant le paysage, les haies apportent également nourriture et protection à de nombreuses espèces animales.

Structurant et diversifiant le paysage, les haies apportent également nourriture et protection à de nombreuses espèces animales.

BirdLife
L’agriculteur impliqué dans la plantation de cette haie est un grand amateur d’oiseaux.

L’agriculteur impliqué dans la plantation de cette haie est un grand amateur d’oiseaux.

BirdLife
Amélioration d’habitat grâce à la plantation d’une haie-corridor

Amélioration d’habitat grâce à la plantation d’une haie-corridor

BirdLife

L’oreillard brun est une chauve-souris aux longues oreilles qui utilise des alignements végétaux comme corridor de déplacement. «Afin d’aider une colonie gîtant dans un bâtiment à gagner ses territoires de chasse forestiers», un cordon de 170 mètres de long composé d’arbres fruitiers, d’arbres de haute futaie et d’arbustes indigènes a été planté les 2 et 3 novembre dans la région de Bellelay.

«L’oreillard brun utilisant un sonar pour ses déplacements nocturnes, il a besoin, comme de nombreuses autres espèces de chauves-souris, de structures pour se guider dans l’environnement», indique BirdLife. Cette chauve-souris utilise les haies et les allées d’arbres pour ses trajets en direction de la forêt.

De grandes zones dégarnies constituent pour l’oreillard brun un «désert» infranchissable qui l’oblige parfois à faire de grands détours, tout comme lorsqu’il est confronté à la lumière. C’est pourquoi l’aménagement de «trames noires» composées d’habitats sans perturbations lumineuses est important pour les espèces nocturnes qui ont besoin de l’obscurité de la nuit pour accomplir leur cycle de vie.

Schéma d’utilisation d’une haie par les chiroptères.

Schéma d’utilisation d’une haie par les chiroptères.

Christophe Jaberg

Afin de faciliter les déplacements d’une colonie qui a dû se reloger, un corridor de quelque 200 mètres a été créé entre la ferme où vivent maintenant ces animaux et les terrains de chasse qu’ils aiment fréquenter. «Cette haie vive, riche en insectes, leur servira même de garde-manger de proximité facilitant ainsi l’allaitement des jeunes, à savoir qu’une femelle en âge de procréer ne peut mettre au monde qu’un seul jeune par année», précise BirdLife.

Ce projet soutenu par le canton de Berne sert à restaurer de nouveaux habitats mis en réseau afin de permettre aux espèces de se déplacer entre leurs milieux de nourrissage et de reproduction.

«Cette haie profitera non seulement à l’oreillard brun mais également à de nombreuses autres espèces, dont les oiseaux notamment», indiquent Valéry Uldry et Célina Leuba, respectivement correspondante régionale du Centre de coordination ouest pour l’étude et la protection des chauves-souris et chargée de projet à BirdLife Suisse.

Ton opinion

1 commentaire