Publié

VoileUne initiative pour l'interdiction du voile intégral

Un comité proche de l'UDC annonce lancer une initiative populaire pour interdire la dissimulation du visage dans l'espace public. Le même comité est à l'origine du texte sur les minarets.

par
ELB
A l'image de l'initiative acceptée en septembre 2014 au Tessin, un comité a annoncé mardi 27 janvier vouloir interdire le voile intégral au niveau Suisse.

A l'image de l'initiative acceptée en septembre 2014 au Tessin, un comité a annoncé mardi 27 janvier vouloir interdire le voile intégral au niveau Suisse.

Après les minarets en 2009, le Comité d'Egerkingen veut faire interdire le port du voile intégral et la dissimulation du visage dans l'espace public. Le texte de leur nouvelle initiative, similaire à celui approuvé l'an dernier au Tessin, réclame l'interdiction de «la dissimulation du visage pour quelque but que ce soit - aussi bien celle ayant un objectif criminel que celle étant motivée par des raisons religieuses».

Le Comité d'Egerkingen, proche de l'UDC, a décidé lundi du lancement de cette initiative, indique-t-il mardi 27 janvier dans un communiqué. Il va déposer le texte à la Chancellerie fédérale ces prochains jours pour y être examiné. Le début de la récolte des signatures est prévu dans le courant du printemps.

«Inacceptable en période d'attentats»

En Suisse, la libre expression est un droit fondamental dont bénéficie chaque habitant du pays, écrivent les initiants. «Dans un pays libre, on exprime sa libre opinion sans dissimuler son visage, en personne libre, face à face.»

Et de souligner: «A une époque où le terrorisme de l'Etat islamique s'étend en Europe, il est inacceptable - ne serait-ce que d'un point de vue sécuritaire - de devoir rencontrer des gens qui cachent, dans l'espace public, leur propre personne ainsi que ce qu'ils portent avec eux.»

Initiative tessinoise conforme au droit

En septembre dernier, les citoyens tessinois ont approuvé une initiative réclamant l'interdiction de se dissimuler le visage dans la rue, les parcs et les transports publics. Ils ont dit «oui» à 58,1% à une initiative populaire de Giorgio Ghiringhelli, membre du parti bourgeois «Il guastafeste». La burqa et le niqab ne sont désignés que de manière implicite.

En novembre, le Conseil fédéral a estimé que l'interdiction tessinoise ne violait pas le droit fédéral. Il l'a toutefois jugée inopportune. Cette interdiction est très proche de la loi française que la Cour de Strasbourg a jugé compatible avec la Convention européenne des droits de l'homme le 1er juillet.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!