Actualisé

TriathlonUne Japonaise décède en plein entraînement pour les JO 2024

Victime d’un accident à vélo lors d’un entraînement pour les Jeux olympiques 2024, une triathlète japonaise de 25 ans est décédée. Il s’agirait de Tsudoi Miyazaki.

Le logo des JO de Paris 2024.

Le logo des JO de Paris 2024.

Imago

Une triathlète japonaise, qui préparait les Jeux olympiques 2024 à Paris, est décédée après une chute à l'entraînement, mercredi à Saint-Cyr-en-Val (Loiret), a annoncé jeudi la procureure de la République d'Orléans, Emmanuelle Bochenek-Puren. Si le parquet n'a pas souhaité confirmer l'identité de la triathlète, selon World Triathlon, la Fédération internationale de triathlon basée à Lausanne, l'athlète décédée est Tsudoi Miyazaki, qui s'entraînait en France après une épreuve de Coupe du monde en Espagne. Selon le parquet, la victime âgée de 25 ans circulait avec deux autres cyclistes de l'équipe du Japon, quand «elle a chuté soudainement, se déportant sur la voie opposée» au moment ou un autre véhicule passait. Malgré l'intervention des secours, la jeune femme est décédée, indique la procureure.

Le parquet a ouvert une enquête, confiée à la gendarmerie nationale, pour homicide involontaire, afin de déterminer les circonstances de l'accident. «Les premiers dépistages effectués sur le conducteur du véhicule impliqué, un homme de nationalité allemande résidant en France, sont négatifs», précise la magistrate dans un communiqué, alors qu'une autopsie a été demandée. Le Parquet n'a pas souhaité dévoiler l'identité de la victime.

Joint par l'AFP, le maire de Saint-Cyr-en-Val, Vincent Michaut, a regretté «un accident de la circulation dramatique». «Il s'agit d'une triathlète de l'équipe du Japon qui s'entraînait en Sologne. Elle aurait pu faire les JO de Paris», a expliqué l'élu de la petite commune de la banlieue d'Orléans.

Hideo Fukui, un technicien de l'équipe du Japon de triathlon, est installé en Sologne, dans le Loiret, depuis 2019 en vue de préparer les JO de Paris. Sa mission est d'analyser les techniques d'entraînement en France et de préparer l'accueil des triathlètes de son pays pour Paris 2024.

(AFP)

Ton opinion