Filature: Une journée à l'école des détectives

Publié

FilatureUne journée à l'école des détectives

Localiser et suivre une cible, la photographier et rendre un rapport fourni et esthétique à un client, cela s'apprend. «Le Matin» a suivi une formation express à Genève.

par
Valérie Duby
Il faut apprendre à cacher sa caméra sur une table de bistrot.

Il faut apprendre à cacher sa caméra sur une table de bistrot.

Christian Bonzon

C'est comme tout, c'est un métier et cela s'apprend. On ne s'improvise pas du jour au lendemain spécialiste de la «filoche», comprenez «la filature». Pour «Le Matin», Philippe, détective genevois, ancien membre de la brigade antiterroriste de la police fédérale belge et futur professeur de l'institut Eyesberg qui ouvre ses portes à Genève début avril, a joué notre coach l'espace d'une journée. Il nous a montré l'importance de la théorie, rappelé des règles élémentaires de droit que les films et les séries télévisées occultent. «Les clients pensent que tout est permis. L'un d'eux souhaitait que nous truffions de micros un bouquet de fleurs, indique Philippe. Nous lui avons expliqué que c'était illégal et nous avons trouvé une solution parfaitement compatible avec le droit.» Philippe, 50 ans, ne porte pas d'imperméable comme les détectives des vieilles séries, mais un jeans et une veste passe-partout. Il ne possède certes pas le matériel de James Bond, mais a toujours dans les mains une petite caméra. «C'est le prolongement de mon bras», sourit-il. En nous racontant d'incroyables affaires dont on comprend que certaines ont fait les gros titres de la presse, il nous dévoile cette clef de voiture qui n'est autre qu'un téléphone miniature.

Pour cette journée de formation express, Philippe nous livre un exercice tiré de la réalité. Le scénario? Il doit prouver que deux hommes faisant semblant de ne pas se connaître devant un tribunal, sont en réalité très proches. C'est Daniel, un ancien policier genevois, qui joue le rôle de la cible. Nous le prenons en filoche à la sortie d'un restaurant de Satigny. Auparavant, à table, il a fallu prendre discrètement des photos. Plus facile à dire qu'à faire… Visiblement, nous avons encore beaucoup de progrès à faire pour cacher la caméra! Daniel roule au volant de sa voiture noire. Direction: le centre-ville. Nous le suivons. De loin. Mais pas trop loin pour ne pas le perdre évidemment. Une voiture s'est glissée entre celle de la cible et la nôtre. On appelle cela «un écran». Et ce n'est pas grave. C'est même plutôt bien pour ne pas se faire repérer. Notre cible se rend au centre commercial de Balexert, où il continue à jouer son rôle, censé aller acheter des billets de spectacle, pour lui et l'homme qu'il ne connaît soi-disant pas… Philippe est extrêmement professionnel et discret. Beaucoup plus que la journaliste et le photographe du «Matin», rapidement repérés par un agent de sécurité du centre commercial. La fin de l'histoire? Elle nous est racontée par Philippe. Dans la vraie histoire, les détectives ont pu prouver, photos à l'appui, que les deux hommes s'étaient rendus, ensemble, à un concert.

Notre formation express est désormais terminée. Philippe nous débriefera quelques minutes plus tard. Il y a visiblement beaucoup à dire… Suivre des gens, c'est un vrai métier qui ne s'apprend pas en une journée!

Ce qu'en dit l'expert

Ton opinion