Publié

EspaceUne «Lune» s'est écrasée sur le pôle sud de Mars

Selon une étude de l'PEFZ, un corps céleste de la taille de la Lune s'est écrasé au pôle sud de la planète rouge il y a plusieurs milliards d'années, ce qui lui doit une allure très différente du pôle nord.

par
cht
La planète Mars, photographiée ici par le téléscope Hubble.

La planète Mars, photographiée ici par le téléscope Hubble.

(NASA), Keystone

Un corps céleste ferreux de la taille de la Lune s'est écrasé au pôle sud de Mars il y a plusieurs milliards d'années. Cela explique pourquoi la planète rouge a deux hémisphères si différents, selon une étude de l'EPFZ publiée dans la revue «Geophysical Research Letters».

La «dichotomie martienne», un hémisphère nord plat et pauvre en volcans opposé à un hémisphère sud élevé et constellé d'innombrables cratères a suscité diverses théories et hypothèses, a indiqué jeudi l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) dans un communiqué.

L'équipe de Giovanni Leone s'est livrée à une simulation 3D et livre une possible explication: au début du système solaire, un corps céleste faisant au moins un dixième de la masse de Mars aurait percuté le pôle sud, provoquant un océan de magma qui s'est peu à peu solidifié.

Cette activité volcanique aurait duré trois milliards d'années avant de se calmer. Il n'y a depuis lors ni volcanisme ni champ magnétique sur Mars.

Selon les scientifiques zurichois, l'impact géant a été provoqué par un corps composé à 80% de fer et d'un rayon d'au moins 1600 kilomètres, arrivé à une vitesse minimale de cinq kilomètres/seconde. Les faits se seraient produits entre 4 et 15 millions d'années après la formation de Mars, alors que sa croûte était encore très fine.

Eau peu probable

Les théories précédentes partaient de l'hypothèse inverse, soit d'un ou plusieurs impacts dans l'hémisphère nord. Les chercheurs zurichois estiment toutefois que leur modèle livre une meilleure explication à la répartition des volcans et à la topographie.

De même, il explique mieux l'arrêt progressif du flux magmatique et la disparition du champ magnétique il y a 4,1 milliards d'années. Selon Giovanni Leone, il devient de plus en plus évident que Mars a de tout temps été une planète inhospitalière. Il juge presque impossible qu'elle ait abrité de l'eau, et donc de la vie.

(ats)

Votre opinion