Montréal: Une mosquée vandalisée le jour des funérailles

Actualisé

MontréalUne mosquée vandalisée le jour des funérailles

Les faits se sont déroulés à Montréal, quelques heures avant les funérailles des musulmans assassinés dimanche à Québec.

Justin Trudeau (à droite) et des officiels canadiens étaient présents aux funérailles de trois des victimes de l'attentat de dimanche à Québec. (Jeudi 2 janvier 2017)

Une mosquée de Montréal a été vandalisée jeudi. Les faits se sont déroulés quelques heures avant que les responsables politiques et des milliers de personnes affichent, lors des funérailles de musulmans tués dimanche à Québec, l'unité du Canada face à l'intolérance.

Une vitre a été brisée et des oeufs jetés sur la façade de la mosquée Khadijah, située dans un quartier au sud-ouest du centre de Montréal, a indiqué le député Marc Miller.

«Je viens de confirmer qu'une mosquée à Montréal vient d'être vandalisée. Condamnons tous cet acte odieux!», a posté sur son compte Twitter ce député, qui avait assisté un peu plus tôt à la cérémonie en hommage à trois des six victimes de la fusillade dans une mosquée de Québec survenue dimanche.

Des graffitis ont été peints sur le bas des murs ces derniers jours et, jeudi à l'ouverture de la mosquée, le gardien a découvert les actes de vandalisme, selon les médias locaux. La police a ouvert une enquête.

Unité nationale

Jeudi, les responsables politiques - dont le Premier ministre Justin Trudeau - ont tous appelé à l'unité nationale au cours de funérailles de trois des six victimes de la tuerie de la mosquée de Québec.

Après la cérémonie, les corps de ces trois Canadiens binationaux devaient être rapatriés dans leur pays d'origine. Khaled Belkacemi, 60 ans, et Abdelkrim Hassane, 41 ans, seront inhumés en Algérie, et Boubaker Thabti, 44 ans, près de Tataouine, au sud de la Tunisie. Belkacemi, père de deux enfants, était professeur à la faculté des sciences de l'agriculture de l'université Laval à Québec. Père de trois fillettes âgées de 10 ans, 8 ans et 15 mois, Hassane travaillait pour le gouvernement du Québec comme programmateur informatique. Thabti était employé d'une société agro-alimentaire et était père de deux enfants de 11 et 3 ans.

Lors d'une conférence de presse à l'issue des funérailles, le maire de Montréal Denis Coderre a estimé que la cérémonie avait «été un moment important et historique» en envoyant «un message fort (...) que nous pouvons être égaux et différents à la fois».

Une seconde cérémonie funéraire est prévue vendredi à Québec pour les trois autres victimes, dont deux Canado-guinéens, Mamadou Tanou Barry, 42 ans, et Ibrahima Barry, 39 ans, et Azzeddine Soufiane, d'origine marocaine et âgé de 57 ans.

(ats)

Ton opinion