Actualisé

ContestationUne nomination fait du bruit à Delémont

L'attribution du Service de la cohésion sociale, de la jeunesse et du logement à un cadre mis sous enquête par l'Office fédéral de la police fait des mécontents dans la capitale jurassienne.

par
lematin.ch
L'affaire des subventions indûment perçues par CarPostal éclabousse André Burri à Delémont (JU).

L'affaire des subventions indûment perçues par CarPostal éclabousse André Burri à Delémont (JU).

lematin.ch

Les parlementaires de la capitale jurassienne en ont débattu lundi soir: la nomination d'André Burri à la tête du Service de la cohésion sociale, de la jeunesse et du logement est-elle crédible depuis que ce cadre est mis sous enquête par l'Office fédéral de la police (Fedpol)?

Responsable du marché régional ouest de CarPostal jusqu'en 2014, devenu président de la filiale française jusqu'à la suppression de ce poste l'an dernier, l'ancien président du PDC Jura et député au Parlement est soupçonné avec deux autres membres de la direction de fraude aux subventions.

«Cette situation met à mal la confiance de la population envers les autorités», a déclaré l'UDC Laurence Studer, selon les propos rapportés par «Le Quotidien Jurassien».

Cette «situation», c'est l'enquête ouverte suite à la l'affaire des subventions indûment perçues par CarPostal, un scandale qui a conduit à la démission de la directrice générale de La Poste Susanne Ruoff et de tous les membres du conseil d'administration de CarPostal.

À Delémont, la conseillère communale Esther Galso a détaillé la procédure ayant conduit à la nomination d'André Burri, nommé en juillet et entré en fonction à la mi-août: «Lorsqu'il a été engagé, il n'avait encore jamais été entendu dans l'enquête en lien avec l'affaire CarPostal, qui était ouverte depuis 18 mois déjà».

Selon Esther Galso, citée par «QJ», «rien ne pouvait laisser présager qu'un tel rebondissement allait se produire». André Burri risque jusqu'à cinq ans de prison et jusqu'à 30 000 francs d'amende, mais lors de son engagement, son casier judiciaire était vierge et la présomption d'innocence prévaut.

Son engagement définitif est soumis à une période d'essai de six mois. Selon la responsable du département Esther Galso, l'ambiance est sereine au sein de ce service en dépit de l'enquête pénale administrative. Et travail ne manque pas, le poste de chef n'ayant pas été occupé pendant une année entière.

Vincent Donzé

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!