Publié

ConsternationUne nouvelle fête clandestine sidère la France

Seize personnes ont été verbalisées dimanche à Joinville-le-Pont pour avoir fait la fête dans le même pavillon qui avait réuni 300 personnes la semaine précédente, malgré le confinement.

par
AFP / Le Matin
AFP

Ils n’ont pas retenu la leçon. Après une soirée réunissant plus de 300 personnes malgré le confinement dans un pavillon de Joinville-Le-Pont, à une douzaine de kilomètres de l’est de Paris qui n’a débouché sur aucune intervention policière, des fêtards ont remis ça. Au même endroit.

Des voisins incommodés par la musique ont cette fois alerté la police dimanche qui est intervenu tôt dans la soirée. Résultat: 16 personnes ont été verbalisées.

Une «mise en danger à la vie d’autrui»

Selon une source proche du dossier, quand la police est intervenue, «une quinzaine de personnes» étaient présentes au sein de la propriété. Verbalisées pour non-respect du confinement, elles auraient affirmé être venues «pour un anniversaire.»

Le propriétaire des lieux a été mis en examen pour «mise en danger délibérée de la vie d’autrui». Le maire Olivier Dosne (LR), présent lors de l’intervention policière, a dit être «sidéré que la salle accueille encore du public ce soir», précisant que l’intérieur du pavillon avait des allures de «boîte de nuit».

«On a fermé les lieux, même si c’est une propriété privée, (...) au moins pour bloquer (l’accès) pour cette nuit», a-t-il indiqué. Selon l’édile, la plupart des participants venaient de Drancy, ville de Seine-Saint-Denis, située à une quinzaine de kilomètres de Joinville.

Un participant atteint positif au Covid-19

Le week-end dernier, dans ce même pavillon, entre 300 et 400 personnes avaient participé à une soirée privée. Et au moins un des participants s’était révélé positif au Covid-19.

Après cet événement, le propriétaire de la maison et le vigile ont été mis en examen pour «mise en danger délibérée de la vie d’autrui», «exécution d’un travail dissimulé à l’égard de plusieurs personnes» et «ouverture irrégulière d’un établissement recevant du public dans une circonscription en état d’urgence sanitaire».

Depuis le 30 octobre, les soirées privées sont interdites en France dans le cadre des restrictions sanitaires liées au coronavirus.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
67 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

nora lumina

24.11.2020 à 12:14

sidérant d'en faire un article, monitorer pour mieux contrôler bravo faut vite confiner et tout restreindre afin de pouvoir mieux régner et mieux soumettre les moutons

Aïkido

24.11.2020 à 10:00

Si on était dans une politique de responsabilité, il faudrait ficher tous ces complotistes, anti-masques, etc et leur refuser l'accès aux hôpitaux. Car j'en connais deux, qui ont fait beaucoup de bruit et qui se trouvent aux soins intensifs... Pour une gripettes.... Et le masque des soignants ne posent plus de problèmes...

Pablo

24.11.2020 à 02:25

Le nouveau fascisme. Pour iun virus du rhume. Pour la première fois on isole les sains ! 95% des tests positifs sont des personnes sains et asymptotiques Et les marionettes du club Bildemberg et compagnies que disent je décide. Georges Orwel "1984"