France - Une parapentiste suspendue à un arbre, 600 mètres de vide sous ses pieds
Publié

FranceUne parapentiste suspendue à un arbre, 600 mètres de vide sous ses pieds

Le Peloton de gendarmerie de haute montagne de l’Isère a réalisé un sauvetage périlleux dimanche.

par
R.M.
1 / 4
La parapentiste s’est retrouvée pendue à un arbre au-dessus d’une falaise vertigineuse. On peut distinguer la voile rouge de son parapente au centre de l’image.

La parapentiste s’est retrouvée pendue à un arbre au-dessus d’une falaise vertigineuse. On peut distinguer la voile rouge de son parapente au centre de l’image.

PGHM Isère
L’emplacement de la malheureuse.

L’emplacement de la malheureuse.

PGHM Isère
Les secouristes ont réussi à la rejoindre pour sécuriser sa situation.

Les secouristes ont réussi à la rejoindre pour sécuriser sa situation.

PGHM Isère

L’histoire «aurait pu virer au drame», écrit le Peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de l’Isère sur sa page Facebook. Mais elle a eu une issue heureuse, après deux heures d’efforts.

Dimanche, une femme de 36 ans pratiquait le parapente dans le massif de la Chartreuse. Probablement suite à une erreur de pilotage, elle a été rabattue vers la falaise du mont Saint-Eynard et la toile de son parapente s’est accrochée à un arbre. La malheureuse s’est alors retrouvée suspendue, «accrochée aux petites branches d’un arbre avec 600 mètres de vide sous les pieds», relate «Le Dauphiné».

Alertés par des amis de la parapentiste, des secouristes du PGHM sont intervenus et ont mis en place une opération décrite comme «extrêmement délicate et très technique» pour sauver la jeune femme. Il a fallu deux heures pour rejoindre la parapentiste, sécuriser sa situation, la descendre sur un palier avant de la remonter sur une partie plus plane d’où elle a pu être hélitreuillée. Cette femme de 36 ans a probablement eu très peur mais elle ne souffre d’aucune blessure.

Le sauvetage hors-norme a valu de nombreuses félicitations aux membres du Peloton de gendarmerie de haute montagne sur Facebook. Certains étaient même manifestement aux premières loges: «On a suivi lintervention depuis notre jardin avec une belle frayeur! Tenus en haleine toute laprès-midi, nous sommes soulagés de savoir que la personne sauvée est en forme», écrit une internaute.

Votre opinion