Une passagère passe par-dessus bord: elle est saine et sauve
Publié

Miracle sur le lacUne passagère passe par-dessus bord: elle est saine et sauve

Une femme est tombée dans les eaux du Léman cette fin d’après-midi. Elle était à bord d’un bateau de la CGN qui reliait Lausanne (VD) à Thonon (F).

par
Evelyne Emeri
La malheureuse a basculé dans le lac peu après le départ du bateau Général-Guisan, à environ deux kilomètres au large d’Ouchy.

La malheureuse a basculé dans le lac peu après le départ du bateau Général-Guisan, à environ deux kilomètres au large d’Ouchy.

CGN/Bertrand Francey

Il est 16 h 30 ce mercredi après-midi, le bateau de la CGN qui assure la liaison vers Thonon (F) quitte le débarcadère d’Ouchy à Lausanne (VD). Quelques minutes plus tard, l’équipage est alerté qu’une personne a basculé dans le lac Léman. «Une de nos passagères a perdu l’équilibre, elle se tenait dehors près de l’entrée de notre bateau sur le pont principal. Un autre voyageur l’a vue tomber et a averti tout de suite notre équipage», explique au matin.ch le directeur de la Compagnie générale de navigation (CGN), Andreas Bergmann.

Deux tentatives

«La procédure d’urgence a été déclenchée immédiatement. Notre bateau, le Général-Guisan, a fait demi-tour, il s’est rapproché de cette dame à l’aide du radar puis visuellement, poursuit le patron de la CGN, on l’a récupérée avec deux bouées de sauvetage. Il a fallu deux tentatives. Avec le choc (ndlr. et le fait d’être habillée et chaussée), notre équipage a constaté que ses mouvements étaient rapidement limités. Elle a finalement réussi à s’accrocher aux bouées de sauvetage avec ses sacs et nous avons pu la remonter à bord».

«Moins de 3 minutes»

«La réactivité du personnel de la CGN a été exemplaire. En moins de trois minutes, ils ont pu la récupérer et la hisser sur le bateau. Il y avait une infirmière parmi nos passagers qui a pu lui prodiguer les premiers soins. Parallèlement, nous avons appelé les urgences. À l’arrivée à Ouchy, elle a tout de suite été prise en charge par une ambulance», conclut Andreas Bergmann qui ne cache pas son soulagement.

Votre opinion

5 commentaires