Publié

SantéUne piste génétique pour traiter des maladies de l'œil

Six hommes promis à la cécité voient mieux grâce à un essai clinique.

par
Elisabeth Gordon. Avec la collaboration de www.planetesante.ch

«J'ai vécu les vingt-cinq dernières années de ma vie en étant persuadé que j'allais devenir aveugle. Maintenant, après l'opération, il est possible que je puisse conserver ma vue et j'espère que je pourrai voir grandir mes petits-enfants.» Wayne Thompson est optimiste. Cet homme est atteint d'une maladie dégénérative de la rétine, la choroïdérémie, qui le condamnait à la cécité. Après avoir participé à un essai clinique de thérapie génique, mené par des chercheurs britanniques de l'Université d'Oxford, il a retrouvé une partie de son acuité visuelle. S'il est encore trop tôt pour crier victoire, le recours aux gènes-médicaments s'avère une bonne piste pour traiter certains troubles de la vision.

Maladie rare (elle affecte environ une personne sur 50 000), la choroïdérémie provoque une perte progressive de la vue, car elle détruit peu à peu certains composants de la rétine. Notamment les photorécepteurs, ces cellules en forme de cônes et bâtonnets qui captent les signaux lumineux et les transforment en influx nerveux, lesquels sont ensuite traités par le cerveau. Toutefois, son «évolution est lente», comme le précise Yvan Arsenijevic, chef de l'unité de thérapie génique et de biologie des cellules souches de l'Université de Lausanne, à l'Hôpital ophtalmique Jules-Gonin. D'où l'idée d'intervenir pour sauver les photorécepteurs qui ne sont pas encore détruits. Comment? Ce trouble héréditaire étant dû à la défaillance d'un seul gène, il était tentant d'essayer de «réparer» celui-ci à l'aide de la thérapie génique.

Pallier le gène défaillant

Les chercheurs et médecins britanniques ont donc tenté l'aventure. Dans les photorécepteurs de la rétine de leurs volontaires, ils ont injecté un virus inoffensif portant une copie «saine» du gène en question, avec l'espoir qu'elle viendrait pallier le gène défaillant. Six hommes, âgés de 35 à 63 ans, ont participé à cet essai clinique préliminaire, qui était surtout destiné à tester l'innocuité de la méthode. Six mois plus tard, tous les patients avaient augmenté leur sensibilité à la lumière et deux d'entre eux, dont Wayne Thompson, amélioré leur acuité visuelle – ils pouvaient lire trois lignes de plus sur les panneaux de lettres avec lesquels les opticiens contrôlent la vue.

Devant ces résultats, Yvan Arsenijevic reste «très prudent». Ces effets «pourraient résulter de l'opération elle-même. En outre, il faudra voir si ces bénéfices persistent à long terme». Malgré tout, le chercheur lausannois juge ces essais «encourageants», notamment parce «qu'ils n'ont pas eu d'effets négatifs. Contrairement à ce que l'on pouvait craindre, l'intervention n'a en effet pas provoqué de dégâts sur des rétines qui étaient déjà en souffrance.»

Des enfants retournent à l'école à vélo

C'est déjà un bon point pour la thérapie génique, qui fait aussi l'objet de tests concernant diverses autres maladies héréditaires de la vision. Une trentaine d'adultes et d'enfants souffrant d'une pathologie rare mais grave – l'amaurose congénitale de Leber – ont déjà été enrôlés dans des essais en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis et en France. Globalement, on note «une amélioration de la fonction visuelle», dit Yvan Arsenijevic qui explique qu'ainsi deux petits Américains «ont pu retourner à l'école, à vélo». Autre signe, selon lui, que cette méthode est prometteuse: «Un chien qui a été traité il y a plus de sept ans a toujours une bonne vision.»

L'équipe de l'hôpital Jules-Gonin, soutenue par le Généthon et le Téléthon français, tente d'ailleurs actuellement «d'améliorer le vecteur», c'est-à-dire le virus utilisé comme transporteur du gène, et elle compte lancer à son tour des essais cliniques.

D'autres tentatives de thérapie génique visent à traiter la maladie de Stargardt (une dégénérescence de la macula, au centre de la rétine) et de celle du syndrome d'Usher (qui affecte les cils situés dans l'oreille interne et provoque une dégénérescence de la rétine, menant à la surdité et à la cécité). Les essais cliniques ont commencé, mais aucun résultat n'a encore filtré.

Avec la thérapie génique, «on dispose maintenant d'outils très efficaces pour traiter diverses maladies, y compris celles de l'œil», constate Yvan Arsenijevic. Certes, «on n'en est qu'au tout début de l'histoire». Il faudra en particulier «prendre le temps de mieux comprendre les divers troubles et de trouver le bon vecteur pour la bonne pathologie». Mais le mouvement est lancé et, dans ce domaine, la recherche explose. Avec en ligne de mire la lutte contre des maladies beaucoup plus fréquentes, comme la dégénérescence maculaire due à l'âge (DMLA) qui affecte un très grand nombre de personnes âgées.

De quoi on parle?

Des cellules de rechange sont implantées sur des rétines endommagées

Votre opinion