18.11.2020 à 06:55

CanadaUne prime pour retrouver le tueur de l’élan blanc

La somme de 8000 dollars canadiens est promise à quiconque permettra d’identifier le chasseur qui a abattu l’un de ces rares animaux, considérés comme sacrés par les autochtones.

von
Michel Pralong
Les élans blancs (ici un mâle, mais c’est une femelle qui a été tuée) ne sont pas albinos mais doivent leur couleur à un gène récessif.

Les élans blancs (ici un mâle, mais c’est une femelle qui a été tuée) ne sont pas albinos mais doivent leur couleur à un gène récessif.

AFP

Au mois d’octobre, près de Timmins, dans l’est de l’Ontario, deux cadavres d’élans femelles ont été découverts, abandonnés, près d’une route forestière de service. La chasse à l’élan est légale si l’on a un permis pour cela, mais l’un de ces élans était blanc. Ce n’est pas un albinos, une petite troupe d’animaux de cette couleur est parfois aperçue dans les bois, tirant cette teinte d’un gène récessif. Non seulement ces élans sont rares, mais ils sont considérés comme sacrés pour les autochtones, la Première Nation Flying Post, dont la réserve est dans la région. Et leur chasse, ici, est strictement interdite.

Le meurtre de cette femelle élan blanche a donc suscité une grande émotion chez autochtones, qui ont lancé une première récompense de 1000 dollars canadiens (700 francs) pour toute information permettant de retrouver le coupable. Mais comme l’enquête n’avance pas, plusieurs personnes et organismes ont décidé de participer et la prime s’élève aujourd’hui à 8000 dollars (5600 francs), annonce CTV News.

Un accident?

«L’esprit de l’orignal a été et sera toujours sacré et respecté dans notre famille et notre communauté», a déclaré Troy Woodhouse, premier autochtone à avoir offert une prime. «Nous avons coexisté avec l’orignal spirituel sur notre territoire traditionnel. Nos ancêtres et nos aînés nous ont raconté toute notre vie des histoires sur cette majestueuse créature et la chance que nous avons de les avoir dans notre région.»

«Peut-être que les chasseurs ont essayé de tirer un orignal et ont abattu l’autre par accident. Si une personne se présente et admet ce qu’elle a fait, je consacrerais ma part à n’importe lequel de ses frais juridiques», a ajouté Woodhouse, cité par le «Guardian». La Première Nation Flying Post a demandé à récupérer la peau de l’élan blanc abattu afin de pouvoir faire une cérémonie en son honneur.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
10 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Claudie

19.11.2020 à 13:18

Majestueux en effet ! Difficile de ne pas voir ou de confondre une telle masse blanche dans une forêt... Encore « l’œuvre » d’un p.louc armé ayant abusé de l’apéro ?

JEREMY

19.11.2020 à 11:24

"MEURTRE" action de tuer volontairement un être humain. Point de meurtre ici donc, les mots ont un poids il faut donc les utiliser à bon escient.

Didier

19.11.2020 à 08:36

Il fut un temps où on retrouvait parfois les braconniers après un "accident", mais hélas c'est devenu rare.