10.11.2016 à 11:42

SuisseUne relation de confiance diminue les addictions

Si les parents savent ce que font leurs adolescents durant leurs loisirs, ces derniers sont proportionnellement moins nombreux à se droguer.

Archives/Photo d'illustration, Keystone

Se référant à l'enquête nationale sur la santé des élèves (HBSC 2014), Addiction Suisse rappelle jeudi dans un communiqué le lien étroit entre la relation que les jeunes entretiennent avec leurs parents et la consommation de substances psychoactives. La fondation publie une feuille d'informations présentant les résultats de cette enquête, accompagnés de conseils à l'usage des parents.

Quelque 80% des jeunes de 15 ans estiment que leurs parents savent comment et avec qui ils passent leur temps libre. Parmi eux, 8% ont indiqué s'être enivrés au moins une fois au cours du mois qui a précédé l'enquête. Cette part est presque trois fois plus élevée (22%) chez les ados dont les parents ignorent l'emploi du temps.

Les chiffres sont aussi éloquents en ce qui concerne la consommation de cannabis, souligne Addiction Suisse: la part de ceux qui en ont consommé au moins une fois durant les 30 jours qui ont précédé le sondage est de 10% chez les élèves du premier groupe, contre 23% chez ceux du second.

Du simple au triple

Ces proportions différentes - du simple au double voire au triple - se retrouvent également parmi les jeunes consommant du tabac ou de l'alcool au moins une fois par semaine. La fondation met par conséquent en avant la «bonne relation» entre l'adolescent et ses parents, qui influe sur la connaissance qu'ont les géniteurs de l'emploi du temps de leurs enfants.

«Une relation bâtie sur la confiance et le dialogue permet de discuter de ce qui tracasse les ados et de chercher ensemble des stratégies pour gérer les problèmes, ce qui peut éviter que les jeunes n'aient recours à des substances psychoactives pour chercher à aller mieux», écrit Addiction Suisse.

A l'adolescence, les relations parents-enfants changent. Mais les parents «conservent un rôle essentiel et peuvent contribuer à prévenir les addictions en accordant de nouvelles libertés à leurs ados tout en posant, pour les sorties et la consommation de substances, des règles claires et adaptées à leur âge et en les appliquant de façon systématique».

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!