Lausanne: Une rentrée masquée à l’UNIL et à l’EPFL
Publié

LausanneUne rentrée masquée à l’UNIL et à l’EPFL

Environ un tiers des étudiants de l’Université de Lausanne et de l’EPFL étaient conviés ce lundi sur le campus pour la rentrée, selon un tournus décidé en raison des mesures de sécurité sanitaire liées au Covid-19.

Durant le semi-confinement, les professeurs de l’EPFL ont donné leurs cours en ligne.

Durant le semi-confinement, les professeurs de l’EPFL ont donné leurs cours en ligne.

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

Une partie des étudiants ont repris lundi le chemin des cours à l’Université de Lausanne (UNIL) et à l’EPFL. Environ un tiers des étudiants étaient conviés sur le campus, selon un tournus. Les autres pouvaient suivre les cours en ligne. Sur place, le masque est de rigueur.

«C’est une rentrée inhabituelle. Je constate qu’il y a beaucoup moins de monde. Mais la vie reprend un peu sur le campus, et cela fait du bien», a relevé lundi Géraldine Falbriard, attachée de presse de l’UNIL.

L’Université compte cette année environ 4000 nouveaux inscrits, près d’un millier de plus que l’an dernier. Globalement, les effectifs étudiants devraient s’élever à 16’700, en hausse de 5%. Ce n’est qu’une prévision, tempère Géraldine Falbriard. Les chiffres définitifs ne seront connus que vers la fin du mois de novembre.

L’EPFL accueille pour l’heure quelque 2000 nouveaux inscrits en première année. La rentrée se fait avec le masque, imposé en tout temps dans les bâtiments, explique un communiqué.

Nombre réduit d’étudiants

La direction a réduit à un tiers le nombre d’étudiants sur le site, selon un tournus. Chacun a l’opportunité de se rendre tous les trois jours sur le campus. Le reste du temps, il visionne les cours en ligne, en live streaming ou à son rythme, car les enseignants doivent enregistrer leurs cours, précise le communiqué de presse.

Ici aussi, les chiffres officiels ne seront connus qu’en novembre. Mais les effectifs définitifs devraient rester stables avec environ 1800 nouveaux étudiants en bachelor. L’effectif global en bachelor et master pourrait augmenter de 5-6%. En 2019, il s’élevait à 9047.

(ATS/NXP)

Votre opinion