Publié

FootballUne requête en faillite va être déposée contre Servette

L'avocat de la société Cleantonic, qui s'occupe du nettoyage du Stade de Genève après les rencontres, va déposer une requête en faillite contre le club ce lundi. La société n'a plus été payée depuis le mois d'août dernier!

L’avocat d’un des créanciers de Servette demandera lundi la mise en faillite du club grenat, sans poursuites préalables. Me Cédric Berger, qui représente les intérêts de la société de nettoyage Cleantonic, évoque une ardoise de 90’000 francs, l’entreprise en question n’ayant plus été payée par le club depuis le mois d’août, rapporte la «Tribune de Genève».

Me Berger évoque un point de la Loi sur les poursuites pour dettes et faillites qui permet à un créancier de requérir la faillite sans poursuites préalables si le débiteur a suspendu ses paiements, dans le cadre d’un manque de liquidités manifeste et d’une situation de manque généralisée. Il déposera sa demande auprès du Tribunal de première instance de Genève. Une audience devra ensuite se tenir dans les quinze jours.

La société Cleantonic s’occupe du nettoyage du Stade de Genève. Son responsable, Stéphane Guex, est un ancien joueur pro du club. «On m’a mené en bateau, on a utilisé mes sentiments en me disant que je faisais partie de la famille», critique-t-il dans la «Tribune de Genève». «Ma société va être mise en faillite puisque 60 % de ses activités concernaient le Stade de Genève.» M. Guex assure avoir cherché à négocier, à discuter d’un échelonnement de paiement avec le club, en vain.

Cette semaine, la Swiss Football League (SFL) a déjà mis Servette sous pression en lui demandant de lui fournir notamment des documents attestant du paiement des charges sociales, faute de quoi la commission de discipline sera saisie. Le président du club Majid Pisyhar, dans un «appel urgent» aux Genevois lundi, avait demandé davantage de soutien de la part des milieux économiques et des autorités. Il a menacé de réduire la voilure au cas où il devrait continuer à tenir la barque à lui seul, disant ses inquiétudes quant à l’obtention de la licence pour la saison prochaine.

Servette avait notamment reconnu des retards cet hiver dans le versement des salaires d’une douzaine d’employés et négocié un échelonnement de paiement pour une facture de quelque 100’000 francs aux services industriels genevois (SIG). L’étendue des problèmes du club, qui a continué à payer ses joueurs, est difficile à cerner.

Le club a annoncé un communiqué de M. Pisyhar en cours de journée ce vendredi.

Votre opinion