Genève: Une salle de prière pour tous à l'Uni?
Actualisé

GenèveUne salle de prière pour tous à l'Uni?

Une pétition demande un lieu «de méditation» à l'Université. Ses auteurs le rêvent multiconfessionnel et même ouvert aux athées. Le syndicat estudiantin appuie la démarche.

par
David Ramseyer
L'Uni attend une demande formelle pour statuer. Mais elle précise déjà manquer de locaux, notamment à Uni Mail. En cause: la hausse du nombre d'étudiants.

L'Uni attend une demande formelle pour statuer. Mais elle précise déjà manquer de locaux, notamment à Uni Mail. En cause: la hausse du nombre d'étudiants.

Lucien FORTUNATI

«Il ne s'agit pas de créer un lieu de culte déguisé pour y faire du prosélytisme», jure Yousuf Qurashi. Ce Genevois en 2e année d'économie et management, musulman pratiquant, a lancé il y a une semaine une pétition en ligne qui compte aujourd'hui plus de mille signatures. Elle souhaite l'ouverture d'une salle de méditation à Uni Mail, pour permettre aux étudiants, «quelles que soient leur confession et leur croyance, de se ressourcer et de profiter d'un lieu apaisant sur le plan spirituel». Une lettre et les paraphes devraient être envoyés au rectorat dès lundi.

Personne ne doit être exclu

Pour Yousuf Qurashi, la salle doit servir à la prière, mais pas seulement. «La religion n'est pas la priorité d'un tel lieu dans une ville multiculturelle et multiconfessionnelle. Tout le monde sera le bienvenu, personne ne doit être exclu et surtout pas les athées.» En effet, le projet imagine aussi un espace de partage et de repos. Le jeune homme prévient: «Il devrait être interdit d'y faire du prosélytisme.»

Reconnu pour son attachement au dialogue interreligieux, l'ancien porte-parole de la mosquée de Genève Hafid Ouardiri a signé la pétition. «Je suis convaincu qu'un tel lieu peut promouvoir le vivre ensemble», s'enthousiasme l'actuel directeur de la Fondation de l'Entre-connaissance.

Le projet bénéficie aussi du soutien de la Conférence universitaire des associations d'étudiants (CUAE). «Il y a une vraie demande d'une salle pour se ressourcer spirituellement, mais aussi pour souffler, loin du stress de l'Uni, affirme Leonhard Unterlerchner, du syndicat estudiantin. Un tel espace peut également créer des liens entre universitaires.» La CUAE a déjà interpellé le rectorat à plusieurs reprises à ce sujet, en vain. La pétition en ligne ne paraît pas convaincre l'alma mater. Celle-ci attend une demande formelle qu'elle «traitera ensuite comme les autres». Mais elle ajoute que, en raison de la hausse continue du nombre d'étudiants, l'actuelle «pénurie de locaux (…) particulièrement à Uni Mail (…) ne permet pas de répondre à tous les souhaits». L'Université note aussi que, étant située au centre-ville, des espaces de méditation sont accessibles hors de ses murs.

Alors que, en 2013, l'ouverture d'une salle de prière à la Haute École du paysage, d'ingénierie et d'ingénierie et d'architecture avait suscité la polémique, le Département de l'instruction publique rappelle, de son côté, que la loi sur l'Université garantit l'autonomie de l'institution. «Il lui revient de répondre aux demandes en termes de locaux et de leur utilisation.»

On prie et on médite à Lausanne

Depuis 2006 déjà, l'Université de Lausanne possède une salle dévolue à la méditation et au recueillement, «religieux ou pas», précise la porte-parole de l'UNIL, Francine Zambano. Selon elle, l'endroit n'a jamais connu de problèmes. Celles et ceux qui s'y rendent doivent avoir une carte universitaire et s'inscrire au préalable. Objectif: éviter les visiteurs extérieurs à l'alma mater vaudoise. Aujourd'hui, une centaine de personnes fréquentent régulièrement l'endroit. L'EPFL abrite aussi un tel lieu depuis «de nombreuses années». La salle est gérée par les aumôniers de l'institution. «Ils favorisent le dialogue dans le respect des convictions des uns et des autres, sans distinction de religion», précise Daniel Chuard, porte-parole de l'école polytechnique.

Votre opinion