Commentaire: Une session électrique qui part dans tous les sens

Publié

CommentaireUne session électrique qui part dans tous les sens

La réalisation d’une méga centrale solaire à Grengiols (VS) constitue un des enjeux de la session à Berne. L’environnement doit-il être sacrifié pour l’énergie? La question cristallise les camps.

par
Eric Felley
Lors de cette session d’automne, la salle des pas perdus a retrouvé son affluence habituelle.

Lors de cette session d’automne, la salle des pas perdus a retrouvé son affluence habituelle.

lematin.ch

Au Palais fédéral, une proposition liée à l’énergie fait le suspense. Le conseiller aux États valaisan Beat Rieder (C/VS) a réussi à convaincre ses collègues de la Chambre des États de soutenir la création d’une base juridique urgente pour faciliter l’installation de panneaux photovoltaïques en plein air. Pour des projets de grande envergure, l’obligation d’effectuer des études de planification et d’impact sur l’environnement serait supprimée. Derrière cette proposition se cache le projet haut-valaisan de Grengiols (VS), où des promoteurs veulent installer l’équivalent de 700 terrains de football de panneaux solaires.

En avant toute!

Cette méga centrale solaire, derrière laquelle on trouve aussi l’ancien conseiller national Peter Bodenmann, permettrait une production d’électricité équivalente à celle du barrage de la Grande-Dixence et pourrait fournir 400 000 ménages. Le Valaisan fonceur s’est fixé l’objectif de faire passer cette loi durant cette session. Le Conseil national doit encore se prononcer. Il devrait y apporter quelques modifications, mais dans les travées du Parlement, il se dit que le projet pourrait bien voir le jour.

L’énergie contre l’environnement

Sur fond de pénuries d’électricité, une étrange ambiance règne cependant durant cette session d’automne au Parlement. Beaucoup de chantiers législatifs traitent des mêmes problématiques: le contre-projet à l’initiative sur les glaciers, l’initiative sur la biodiversité ou encore la loi sur l’énergie et l’approvisionnement en électricité débattue ce jeudi au Conseil des États. Une question traverse tous ces sujets: jusqu’à quel point faut-il protéger le paysage et la nature face aux besoins énergétiques.

Dérégulation

Parmi les partisans de l’énergie, se trouve évidemment le conseiller aux États valaisan Beat Rieder. Pour lui, les biotopes, les zones réservées à la biodiversité ou la protection des sites et des paysages doivent impérativement passer au second plan. Au Conseil des États, une majorité est favorable à cette dérégulation des contraintes environnementales pour booster les énergies renouvelables – hydraulique, éolienne et solaire – et redonner à la Suisse l’autonomie et la sécurité énergétique qui lui fait défaut aujourd’hui.

Contradictions

Mais cette stratégie n’est pas exempte de contradictions. Le Conseil national a mis sous toit un contre-projet à l’initiative sur la biodiversité, qui veut renforcer et étendre les biotopes et les aires protégées. Au final cependant, seuls les Vert.e.s devraient garder une ligne environnementale sans concession. En attendant, laissons le suspense quant à l’issue du coup de force de Beat «Solar» Rieder sous la Coupole fédérale. Réponse la semaine prochaine.

Ton opinion

81 commentaires