Challenge: Une spiruline aux vertus lémaniques
Publié

ChallengeUne spiruline aux vertus lémaniques

Deux Vaudois se lancent dans la culture de cette microalgue des pays chauds qualifiée de meilleur alicament du XXIe siècle par l’OMS.

par
Pascale Bieri
1 / 2
C'est dans ces bassins sous serres que pousse la spiruline lémanique.

C'est dans ces bassins sous serres que pousse la spiruline lémanique.

Spiruline SwissMade
Elle est ensuite récoltée, transformée en spaghettis verts et concassées en paillettes pour la vente.

Elle est ensuite récoltée, transformée en spaghettis verts et concassées en paillettes pour la vente.

Spiruline SwissMade

La spiruline, c’est cette microalgue très tendance à laquelle on prête de multiples vertus pour la santé et qui est également très prisée par les sportifs. Du coup, la voilà qui commence à être cultivée en Suisse romande. Loin des milieux où elle vit à l’état naturel, soit des eaux saumâtres (mi-douces, mi-salées) et un climat tropical.

Objectif: 400 kilos de production

Après le Jurassien Mathieu Etique – qui produit ce végétal marin à Montignez depuis 2017 dans un bassin de 30 m3 d’eau chauffée à 37 degrés – les deux Vaudois, Stéphane Sasvari et Christophe Simon, se lancent dans une culture à plus grande échelle. Ils ont aménagé quatre bassins sous serres, à Lonay, près de Morges (VD) sur une surface de 500 m2. Ils escomptent produire, pour leur première année, 400 kilos de spiruline (45 francs les 100 g). Et espèrent rapidement passer à une surface de culture de 800 m2.

Mais quel est l’intérêt de produire cette algue microscopique en forme de spirale, apparue sur la planète il y a plus de trois milliards d’années, en Suisse? «On connaît les propriétés exceptionnelles de la spiruline. Mais il y a, actuellement, de gros débats sur la manière dont elle est cultivée et produite, ce qui peut la rendre néfaste, voire toxique; il arrive notamment qu’on y retrouve des métaux lourds, souligne Christophe Simon. Nous voulons donc proposer une spiruline locale écologique et éthique, cultivée dans une totale transparence.»

Écologique? Quand bien même le climat helvétique ne se prête pas à une telle culture? «En réalité, la spiruline s’adapte très bien à son environnement. On est certes obligé en Suisse de la cultiver sous serre, mais nous tenons à avoir un bilan écologique neutre, et ne chauffons pas. Nous respectons ainsi le cycle naturel de la spiruline, qui hiberne dès que la température passe au-dessous de la barre des 18 degrés; généralement de novembre à mi-mars.»

Quant aux vertus du produit, considéré par l’OMS comme «le meilleur aliment pour l’humanité au XXIe siècle», elles tiennent notamment à son taux exceptionnellement élevé en protéines (50% à 70%), fer et minéraux. Il contient également de nombreuses vitamines et acides aminés. Si la spiruline peut être consommée pour combler des carences, ou dans le cadre d’une cure de remise en forme, elle est également très appréciée par les sportifs, et contribue à la fabrication et à l’entretien des muscles, tout en limitant la fatigue.

www.spiruline.ch

Votre opinion