JO 2018: Une Suisse «dans les clous» à mi-parcours
Publié

JO 2018Une Suisse «dans les clous» à mi-parcours

Ralph Stöckli, chef de la délégation suisse à Pyeongchang, a tiré un bilan intermédiaire après une semaine.

«Nous sommes dans les clous», a déclaré Ralph Stöckli, le chef de la délégation suisse aux JO de Pyeongchang, à l'heure de tirer un premier bilan après la moitié des compétitions. La Suisse, dimanche matin heure sud-coréenne, comptait «déjà» 7 médailles, sur un objectif minimum de onze.

Le début de ces 23es JO d'hiver n'a pas été facile, a cependant relevé l'ancien curler. Ni pour les athlètes, ni pour le staff technique, ni pour les farteurs, qui ont dû composer avec des températures autour des - 15 degrés dans des conteneurs non chauffés, avec une forte humidité. «Nous avons été un peu surpris par les conditions climatiques», a admis Ralph Stöckli.

«Au début, la flamme manquait»

Les reports d'épreuves, en particulier en ski alpin, ont entamé les énergies. S'y sont ajoutés les forfaits sur blessures des cracks comme Iouri Podladtchikov et David Hablützel (snowboard half-pipe) et Mélanie Meillard (ski alpin), plus le norovirus qui a touché deux riders de ski slopestyle (Fabian Bösch et Jonas Ambühl). «Au début, la flamme manquait. Nous avons dû rester patients. Mais nous sommes parvenus à garder bon moral», a dit Ralph Stöckli.

Le vendredi a provoqué un déclic. «Une journée pour les livres d'histoire», comme l'a souligné le chef de mission. L'or de Dario Cologna sur le 15 km libre et les médailles d'argent de Beat Feuz (Super-G) et Wendy Holdener (slalom) ont véritablement lancé ces Jeux pour la Suisse. «Nous sommes contents jusqu'à présent. J'ai bon espoir que nous atteignions notre but» (faire au moins aussi bien que les 11 médailles de Sotchi en 2014), a conclu Ralph Stöckli.

Mais attention: en Russie, la Suisse avait remporté sept fois l'or (en tenant compte du titre attribué a posteriori au bobeur Beat Hefti).

(ats)

Votre opinion