08.09.2018 à 20:13

FootballUne Suisse souveraine dynamite l'Islande

Les hommes de Vladimir Petkovic ont parfaitement négocié leur entrée en lice dans la Ligue des Nations en s'imposant 6-0 face aux Islandais.

von
Tim Guillemin
Saint-Gall
Xherdan Shaqiri a réussi plusieurs gestes de grande classe samedi à Saint-Gall.

Xherdan Shaqiri a réussi plusieurs gestes de grande classe samedi à Saint-Gall.

Quelle belle soirée à Saint-Gall! La Suisse s’est parfaitement sortie de son été compliqué en chassant les fantômes de Saint-Pétersbourg, nés au soir de son élimination sans gloire face à la Suède en huitièmes de finale de la Coupe du monde. Ce samedi soir, pas de polémiques, pas de tensions, pas de problèmes de communication: l’équipe de Suisse était en connexion directe avec son public, qui a lui aussi passé une soirée de rêve. 6-0! L’Islande, réputée si solide, n’a tout simplement pas existé. Au point qu’il est permis de se demander s’il ne s’agit pas tout simplement de la meilleure prestation de l’équipe nationale depuis l’arrivée à sa tête de Vladimir Petkovic.

«Les aigles volent aussi dans les montagnes»

L’atmosphère était en tout cas à la fête à Saint-Gall bien avant le coup d’envoi, dans un stade presque rempli à ras bord. Il restait quelques dizaines de places vides, mais rien de bien grave et, surtout, l’ambiance était extrêmement positive alors même que les deux équipes n’étaient pas encore entrées sur le terrain. Le «désamour» craint après la Coupe du monde et ses polémiques n’est donc pas une réalité ou en tous les cas, celle-ci n’a pas été exprimée samedi soir dans un stade festif et chaleureux. Dès la composition des équipes, l’équipe de Suisse a été acclamée, chaque joueur recevant une ovation. Deux banderoles remerciant Gelson Fernandes et Valon Behrami étaient accrochées au pied du «kop» rouge et blanc, juste à côté d’un drapeau albanais et d’un autre, un peu plus ironique, rappelant en allemand à Xherdan Shaqiri que les «aigles volent aussi dans les montagnes». Une référence claire à la sortie malheureuse de l’attaquant, qui s’était excusé mardi si son geste face à la Serbie avait pu heurter «quelqu’un dans les montagnes»… Mais il s’agissait bien là de la seule référence aux récentes affaires ayant secoué la Nati. Une petite banderole «Petkovic raus» vite rangée a elle fait une apparition furtive, à peine le temps d’être prise en photo.

Xherdan Shaqiri en meneur de jeu, Stephan Lichtsteiner en tribunes

La formation d’équipe décidée par Vladimir Petkovic, justement, a délivré plusieurs enseignements. Déjà, que cette rencontre de la Ligue des Nations était prise très au sérieux par le «Mister». Pas d’expérimentations, comme il l’avait promis, mais la confirmation de l’avènement d’un nouveau milieu de terrain composé de Granit Xhaka et de Denis Zakaria, dans la continuité de ce qui est proposé depuis plusieurs années maintenant. La retraite de Valon Behrami va donc offrir plus de responsabilités à Denis Zakaria, ce qui est une bonne nouvelle pour le football romand. Comme testé à l’entraînement toute la semaine, Xherdan Shaqiri était lui placé dans une position de numéro 10, au cœur du jeu, très conforme à ses qualités. Le percutant Breel Embolo prenait place sur le côté droit juste devant Kevin Mbabu, très bon pour ses débuts. Le latéral genevois a en effet honoré samedi soir sa toute première sélection, passant devant Silvan Widmer (remplaçant) et surtout Stephan Lichtsteiner (103 sélections), relégué… en tribunes. La décision de Vladimir Petkovic de ne pas inclure le capitaine de l’équipe de Suisse dans les vingt-trois joueurs convoqués pour ce match sera assurément l’un des grands thèmes de discussion de ces prochains jours.

Le 1-0 magnifique de Steven Zuber

En ce qui concerne le football et le match à proprement parler, la première occasion a été pour la Suisse grâce à un bon tir en pivot de Haris Seferovic, du pied gauche, consécutif à un centre à ras de terre de Kevin Mbabu (2e). Le gardien islandais Hannes Halldorsson était attentif pour contrer ce premier essai cadré. Après une frayeur pour Yann Sommer sur coup de pied arrêté, le gardien de l’équipe de Suisse refusant toujours de sortir, la Nati a ouvert le score grâce à une frappe magnifique de Steven Zuber. L’ailier gauche a trouvé la lucarne de Halldorsson d’un tir tendu de très haut niveau (13e). Tout simplement splendide.

Une première mi-temps de grande qualité de la part de l’équipe de Suisse

Le 2-0 est tombé à la 23e à la suite d’un coup-franc direct de Xherdan Shaqiri, repoussé comme il l’a pu par Halldorsson sur sa droite. Fabian Schär était à l’affût et pouvait remettre intelligemment à Denis Zakaria, qui n’avait plus qu’à conclure dans le but vide pour inscrire son premier but en sélection. A noter que le coup-franc a été obtenu grâce à une faute commise sur Kevin Mbabu, décisif donc sur ce coup-là. La fin de la première période, intégralement dominée par la Suisse, a été moins riche en occasions nettes. Mais l’emprise des hommes de Vladimir Petkovic était totale et sans concessions. Il faut le dire: cette première période a été de très bonne qualité de la part de l’équipe de Suisse.

Un joli coup-franc de Xherdan Shaqiri pour le 3-0

La deuxième mi-temps est d’ailleurs repartie sur les mêmes bases, avec une domination de la Nati, concrétisée par un nouveau but signé Xherdan Shaqiri à la 53e. Le nouveau meneur de jeu a parfaitement frappé son coup-franc excentré, trouvant le petit filet de Halldorsson, qui a peut-être été trompé par une (très) légère déviation de Birkir Bjarnason, laquelle n’a cependant pas changé la trajectoire de la balle, ou très peu. A 3-0, l’affaire était définitivement pliée, surtout que cette équipe d’Islande ne présentait absolument rien de convaincant, restant sur la lignée de sa décevante année 2018. Pour rappel, l’Islande n’a pas gagné un seul match depuis janvier (deux succès coup sur coup face à l’Indonésie), ce qui n’enlève rien à la démonstration de l’équipe de Suisse et surtout à l’excellent état d’esprit manifesté par les hommes de Vladimir Petkovic.

L’été pourri n’a eu aucune incidence sur les joueurs

Car là se situe sans doute le principal enseignement de cette rencontre côté suisse: l’été pourri vécu par l’ASF en coulisses n’a eu aucune incidence sur les joueurs. Ou s’il y en a eu, disons que les internationaux ont parfaitement réussi à dissimuler les éventuels problèmes tant leur sortie de samedi a été convaincante. Mention très bien principalement aux joueurs offensifs, Xherdan Shaqiri, Steven Zuber, Breel Embolo et Haris Seferovic, qui ont tous quatre réussi leur match. Cela n’a pas toujours été le cas dans un passé récent pour l’équipe de Suisse.

Première sélection pour Albian Ajeti

Vladimir Petkovic a profité de l’euphorie ambiante pour lancer Albian Ajeti en pleine… ola du public! Tout comme Kevin Mbabu (Congo), voilà l'avant-centre du FC Bâle, potentiellement sélectionnable avant ce match avec le Kosovo et l’Albanie, lié à vie avec l’équipe de Suisse, puisque la Ligue des Nations est une compétition officielle. Même chose pour Djibril Sow (Sénégal), entré à un quart d'heure de la fin. Là aussi une très bonne nouvelle pour l'avenir.

Haris Seferovic marque le 4-0 et offre le 5-0 à Albian Ajeti

Autre motif de satisfaction, le très joli 4-0 inscrit à la 67e par Haris Seferovic, lequel a pu ajuster Halldorsson de son pied gauche après une talonnade très subtile de Fabian Schär pour le servir en retrait. Une action collective de classe et une finition parfaite de la part de Seferovic, trop souvent décrié malgré une implication constante à la pointe de l’attaque. L’ovation du public de Saint-Gall à la suite de son but et les félicitations chaleureuses de ses coéquipiers lui ont sans aucun doute fait chaud au cœur. «Sefe» a également eu le plaisir d’offrir le 5-0 à Albian Ajeti quelques minutes plus tard (71e), sortant dans la foulée sous les applaudissements du public. Bonne soirée pour Haris Seferovic, donc, comme pour tous ses coéquipiers de l’attaque. Même le revenant Admir Mehmedi s’est offert un but, celui du 6-0 (83e)! Pour ce qui est de la défense, difficile à dire tant elle n’a pas été mise sous pression. Au point que Yann Sommer n’a tout simplement pas eu le moindre arrêt à effectuer!

La Suisse bien partie en attendant Islande-Belgique mardi

Voilà donc la campagne de la Suisse idéalement lancée dans cette Ligue des Nations. Pour rappel, la première place du groupe de trois donne droit à la participation au tour final avec les autres vainqueurs de groupe, tandis que la dernière conduit à la relégation automatique en division B. Avec ce succès convaincant d’entrée, et en attendant l’Islande-Belgique de mardi, la Suisse s’est mise d’emblée en bonne position.

Suisse-Islande 6-0 (2-0)

Kybunpark, Saint-Gall. 14’912 spectateurs

Arbitre M. Oliver (Angleterre)

Buts 13e Zuber 1-0, 23e Zakaria 2-0, 53e Shaqiri 3-0, 67e Seferovic 4-0, 71e Ajeti 5-0, 83e Mehmedi 6-0

Avertissements 11e Schär (jeu dur), 32e Embolo (jeu dur), 52e R. Sigurdsson (jeu dur), 82e Xhaka (jeu dur)

Notes La Suisse sans Lang (suspendu), ni Lichtsteiner (en tribunes). L’Islande sans Gunnarsson, Finnbogason et Hallfredsson (blessés).

Suisse, en 4-2-3-1

Sommer; Mbabu, Schär, Akanji, Rodriguez; Zakaria, Xhaka; Embolo (63e Ajeti), Shaqiri, Zuber (77e Sow); Seferovic (72e Mehmedi). Sélectionneur: Vladimir Petkovic

Islande, en 4-4-2

Halldorsson; Saevarsson, R. Sigurdsson, Ingason, Skulason; Gislason (73e Sigurjonsson), G. Sigurdsson, Palsson, B. Bjarnason (65e E. Bjarnason); Bodvarson, Sigurdarson (59e Kjartansson). Sélectionneur: Erik Hamren.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!