Actualisé 28.08.2015 à 16:56

ImmigrationUne task-force suisse pour arrêter les passeurs

La Suisse met sur pied une force opérationnelle pour lutter contre les réseaux internationaux de passeurs qui amènent des réfugiés en Europe par des voies illégales.

Pour de nombreux migrants en route vers le Nord de l'Europe, la Suisse est un important pays de transit ou de destination.

Pour de nombreux migrants en route vers le Nord de l'Europe, la Suisse est un important pays de transit ou de destination.

Keystone

Composée de policiers et de gardes-frontière, la task-force collaborera avec les autorités italiennes et allemandes.

Il s'agit de «criminalité organisée», a indiqué vendredi Olivier Pecorini, vice-directeur de l'Office fédéral de police (fedpol), dans l'émission «Rendez-vous» de la radio alémanique SRF. Afin de la contrer, une coopération est nécessaire au niveau européen et également à l'intérieur de la Suisse.

Le groupe de travail est composé de collaborateurs de fedpol, des gardes-frontière, des polices cantonales et des autorités judiciaires. Basé à Chiasso (TI) et placé sous la direction du canton du Tessin, il sera actif dès ces prochains jours. Sa planification remonte à plusieurs mois, a précisé à l'ats la porte-parole de fedpol Cathy Maret.

Voies de transit

Pour de nombreux migrants en route vers le Nord de l'Europe, la Suisse est un important pays de transit ou de destination, avec deux voies principales. L'une passe par l'Italie du Nord via le Tessin et Bâle en direction de l'Allemagne, l'autre par Milan et le Simplon vers la France, selon M. Pecorini.

L'objectif est de mettre un terme aux activités des passeurs, les arrêter et les faire condamner, a-t-il précisé. Cela afin d'éviter que se produise en Suisse un drame similaire à celui survenu jeudi en Autriche, avec la découverte de quelque 70 migrants morts étouffés dans un camion.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!