Actualisé 28.10.2020 à 18:00

AustralieUne tour de corail plus haute que l’Empire State Building

C’est la première fois depuis 120 ans qu’un récif détaché de la Grande Barrière est découvert. Celui-ci mesure plus de 500 mètres et son sommet n’est qu’à 40 mètres sous la surface de l’océan.

von
Michel Pralong
Le pic a été découvert au nord de la Grande Barrière, au large de Cape York.

Le pic a été découvert au nord de la Grande Barrière, au large de Cape York.

Schmidt Ocean Institute

Le 20 octobre dernier, une équipe de scientifiques de l’université australienne James Cook effectuait une cartographie des fonds marins au nord de la Grande Barrière de Corail. Elle a alors eu la surprise de découvrir, isolé de la Grande Barrière elle-même, un gigantesque pic de corail, plus haut que la tour Eiffel (300 m), l’Empire State Building (381 m) et même que les tours Petronas à Kuala Lumpur (452 m).

Sa base mesure 1,5 km de large et le pic s’élève à plus de 500 mètres, son sommet n’étant situé qu’à une quarantaine de mètres de la surface de l’océan, communique le Schmidt Ocean Institute qui possède le bateau de recherche «Falkor» sur lequel se trouvent ces scientifiques. Sept autres récifs détachés ont déjà été découverts, dont celui qui forme l’île Raine, mais tous l’ont été à la fin des années 1880. Aucun autre n’avait été trouvé depuis.

Plongée autour du récif

«La découverte d’un nouveau récif d’un demi-kilomètre de haut dans la zone au large de Cape York de la célèbre Grande Barrière de Corail montre à quel point le monde est mystérieux juste au-delà de notre côte», a déclaré le Dr Jyotika Virmani, directeur exécutif du Schmidt Ocean Institute.

Après l’avoir cartographié en trois dimensions, les scientifiques ont mis à l’eau leur robot sous-marin SuBastian afin d’explorer visuellement cet incroyable récif. Une plongée de plus de quatre heures que l’on peut suivre sur la chaîne YouTube de l’Institut.

«L’état de nos connaissances sur ce qui se trouve dans l’océan a longtemps été très limité. Grâce aux nouvelles technologies qui fonctionnent comme nos yeux, nos oreilles et nos mains dans les profondeurs de l’océan, nous avons la capacité d’explorer comme jamais auparavant. De nouveaux paysages océaniques s’ouvrent à nous, révélant les écosystèmes et les diverses formes de vie qui partagent la planète avec nous», s’est enthousiasmée Wendy Schmidt, cofondatrice du Schmidt Ocean Institute.

Les récifs coralliens, rappelle le «Daily Mail» qui évoque cette découverte, sont composés de couches successives de coraux, qui s’empilent génération après génération, partant d’abord de la roche sous-marine puis se construisant ensuite sur les squelettes de ses prédécesseurs.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
8 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Buks

28.10.2020 à 09:54

Quel match!

C est top

28.10.2020 à 09:35

Mais très frustrée, la vidéo de l'article ne marche pas: error occured 🥺

Vice

28.10.2020 à 08:30

Bah, ça sera vite rasé. Vu qu'on a autorisé les grands groupes miniers à pulvériser les fonds marins.