09.07.2018 à 07:19

MartignyUne «tour infernale» frappée par un quatrième incendie

Une personne a été blessée et trois autres incommodées par la fumée lors d’un incendie survenu samedi dans un immeuble de la rue des Finettes à Martigny. C’est le quatrième en 20 ans.

par
Anne-Charlotte Müller
La hotte de ventilation de la cuisine d’un appartement du 11 étage a pris feu samedi.

La hotte de ventilation de la cuisine d’un appartement du 11 étage a pris feu samedi.

Christian Bonzon/LMS

«Je commence à avoir la trouille ça fait 20 ans que j’habite cet immeuble et c’est déjà le quatrième incendie», s’inquiète Anne-Marie, 62 ans. Cette habitante de Martigny (VS) était présente samedi matin lorsque le feu s’est déclaré au 11e étage de sa tour, rue des Finettes, faisant un blessé et trois «incommodés» par la fumée. «J’étais en ville samedi matin avec mon chien Caïd. Je suis rentré chez moi et un peu avant 11 h j’ai entendu quelqu’un frapper à ma porte qui criait: le feu, le feu! Heureusement, je suis au 2e étage».

Anne-Marie n’a pas ouvert tout de suite car elle s’est souvenue de l’incendie précédent qui l’a particulièrement marquée. «Lorsque j’avais ouvert ma porte, la dernière fois, je ne voyais plus rien il y avait le brouillard partout». Rompue à l’exercice, la sexagénaire a donc pris le temps d’aller chercher la laisse de son chien puis est descendue tranquillement. «Les gens criaient, la police était là puis deux camions de pompiers sont arrivés. On est resté dehors une bonne heure avant de pouvoir regagner nos appartements», raconte-t-elle.

En ce lendemain du sinistre, il n’y a pas un chat au 11e et 12 étage. Les logements semblent avoir été désertés. Il faut dire que l’odeur de brûlé est encore très prenante. On entend le vent s’engouffrer derrière les portes. D’après le voisinage, un jeune homme d’une vingtaine d’années cuisinait quand la hotte de ventilation a pris feu. Pensant bien faire, l’infortuné a voulu éteindre les flammes avec de l’eau qui sont en fait reparties de plus belle. Le jeune homme a été brûlé au niveau des jambes mais ses jours ne sont pas en dangers.

Immeuble maudit

Jonas, 36 ans, a vécu de près le sinistre puisque c’est lui qui s’est occupé du blessé. Il vit au 10e étage avec sa compagne et sa fille de cinq mois. «Quand j’ai entendu du bruit à l’étage supérieur, j’ai pensé que les voisins se disputaient, mais une voisine m’a dit de monter. Quand je suis arrivé, j’ai vu le jeune homme en état de choc. Les flammes avaient déjà envahi la cuisine. J’ai éteint l’incendie avec un extincteur puis je suis allé mettre le blessé en sécurité dans mon appartement en attendant la police», rapporte Jonas.

La police confirme que deux autres incendies ont survenu en 2013 et en 2014 dans ce même immeuble mais n’a pas marqué dans ses archives celui d’un lundi de Pentecôte dont se souvient bien Anne-Marie. «C’était le plus impressionnant. Il s’est déclaré au sixième étage vers 5 h du matin. L’appartement brûlait tout entier et dû être entièrement refait. Il a été causé par des bougies, relate Anne-Marie. Mon amie me dit que je devrais déménager. Mais je ne paie pas cher mon trois-pièces et demi.»

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!