Actualisé 20.11.2017 à 11:01

BelgiqueUne vache crucifiée fait scandale en Flandre

En installant son oeuvre dans une église, l'artiste flamand Tom Herck s'est attiré les foudres de bon nombre de catholiques.

von
J.Z.

Une quinzaine de croyants étaient rassemblés dimanche dernier dans une église de Looz (BE) pour «restaurer l'honneur» de l'édifice suite à l'installation de l'oeuvre «Holy Cow» en son sein.

Depuis quelques jours, cette «vache sainte» déchaîne les passions en Flandre, où bon nombre de catholiques se sont indignés de sa présence dans une église non-désacralisée. «[C'est] une image satanique et une injure dégoûtante à Dieu et au catholicisme», a dénoncé le Katholiek Forum, qui a organisé le rassemblement.

Tom Herck, l'artiste à l'origine de l'oeuvre, était lui aussi présent pour rencontrer les manifestants. «Je suis content que vous soyez venus», leur a-t-il expliqué, comme le rapporte RTL. Et d'ajouter: «Chacun a le droit d'avoir sa propre opinion.»

Pour lui, «Holy Cow» n'insulte pas la religion catholique mais vise à ouvrir le débat sur le gaspillage alimentaire dans notre société. Pour réaliser l'oeuvre, il a donc accroché une véritable vache morte de 500 kilos sur une croix, l'a immergée dans du silicone avant de la teindre en blanc. Il a ensuite reçu l'autorisation de l'installer dans l'église, y ajoutant un bassin rempli de lait. «Les gens étaient choqués, mais après avoir reçu une explication, ils ont beaucoup apprécié mon travail», explique-t-il à Creators. «Quelqu'un s'est même fait tatouer mon logo sur sa fesse».

Mais si certains visiteurs ont apprécié, d'autres ont eu des réactions nettement plus violentes. «Quelqu'un a dit qu'il aurait mieux valu qu'ils me crucifient au lieu de la vache. C'est tellement absurde. Je suis soit disant un barbare parce que je crucifie une vache morte - qui aurait pu finir dans une assiette - mais il est permis de représenter un homme pourrir sur une croix», regrette l'artiste.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!