Actualisé 01.03.2019 à 11:18

HumanitaireUne Vaudoise traque le plastique au Cambodge

De retour du pays khmer, Melissa Matteucci a présenté son association écologique au centre de l’Espérance à Genève.

par
Laura Juliano

Melissa Matteucci a présenté l'association IWA Kep, lors d'une conférence organisée par Geneva Coaching Hub.

«Apprenez à vous écouter». C'est le message qu'est venue transmettre Melissa Matteucci, mardi soir à Genève.

Il y a deux ans, cette Vaudoise a tout quitté pour suivre son instinct et s'installer au Cambodge. Elle qui travaillait dans les finances pour une société multinationale à Lausanne a diamétralement changé de vie.

Des emplois pour les femmes

C'est à Kep, une petite ville côtière située dans le sud du pays qu'elle a fondé l'association IWA Kep. Cette dernière propose à des femmes vivant dans la précarité de créer des objets artisanaux à base de sacs plastique. À ce jour, sept femmes du village autrefois sans emploi y travaillent contre un salaire fixe.

L'objectif? Créer des emplois tout en sensibilisant la population aux dangers de la pollution au plastique omniprésente au Cambodge. «Dans une telle situation de précarité, l'urgence est de se nourrir et de se loger. Ce n'est pas la préservation de l'environnement, observe la bénévole. Pourtant, la pollution au plastique et la combustion de ces déchets est un danger mortel, surtout pour les enfants.»

«Un exemple à suivre»

«L'histoire de Melissa nous a fascinés parce que c'est une femme normale, de Lausanne, qui a décidé de suivre son cœur et de créer quelque chose d'extraordinaire. Elle est un exemple à suivre», salue Barbara Roux-Levrat responsable la jeune plateforme de développement personnel Geneva Coching Hub.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!