Football - Une victoire, mais du pain sur la planche
Publié

FootballUne victoire, mais du pain sur la planche

La Suisse a remporté le premier de ses deux matches de préparation à l’Euro 2020. Mais à Saint-Gall, face aux États-Unis (2-1), elle n’a pas maîtrisé grand-chose.

par
Robin Carrel
(Saint-Gall)
L’égalisation de Rodriguez

Les échéances «qui comptent» du Team USA (4 juin) sont plus proches que celles de l’équipe de Suisse, c’est un fait. Mais de là à voir une formation à croix blanche aussi dépassée sur le plan athlétique… Les Américains se sont pourtant présentés sur la pelouse du Kybunpark sans deux de leurs cartes majeures (Pulisic et Steffen), retenus la veille à Porto par la finale de la Champions League.

Inquiétant, à moins de deux semaines de l’entrée en lice dans le Championnat d’Europe? Pas forcément. Les joueurs à croix blanche suivent des entraînements intensifs et Vladimir Petkovic a fait quelques ultimes essais (Benito en défense centrale, Rodriguez sur le côté avant la pause, milieu à trois ensuite). ça n’explique pas le manque flagrant de maîtrise technique ni tactique, c’est vrai. Mais comme lors du match amical, pour beurre et pas emballant face à la Finlande en fin d’hiver (3-2), la Suisse est tout de même parvenue à s’en sortir.

Denis Zakaria et Ricardo Rodriguez se congratulent après l’égalisation du second nommé (10e 1-1).

Denis Zakaria et Ricardo Rodriguez se congratulent après l’égalisation du second nommé (10e 1-1).

AFP

D’un but à l’autre

La première période pourrait être résumée à un affrontement entre Sommer et Lletget. Le joueur du Galaxy de Los Angeles, formé à West Ham, a ouvert le score pour les Nord-Américains sur leur première incartade dans le camp adverse.

Il a ensuite menacé à quatre reprises un portier helvète qui était, lui au moins, à son affaire. Sargent est également passé proche de marquer avant le thé.

On n’avait plus vu la Nati être autant dans ses petits souliers depuis longtemps, même face à des cadors européens. La troupe de Vladimir Petkovic aurait toutefois pu prendre le thé avec une longueur d’avance et ceût été un sacré hold-up. Rodriguez avait égalisé d’un tir contré dès la 10e, avant de manquer le cadre sur un penalty heureux à la 42e.

Les ratés de Schär (47e) et d’Embolo (deux fois seul aux 55e et 57e) ont répondu au poteau trouvé par Reyna (52e) et à la tentative d’Aaronson (54e) passée juste à côté. C’est finalement Zuber (63e) qui finira par réussir à pousser enfin ce satané cuir au bon endroit, après un nouveau raté d’Embolo dans la zone de vérité.

«Ruhe, Ruhe!» lançait alors le sélectionneur depuis sa zone technique. Ce n’est pas tout à fait ce que les 100 spectateurs avaient envie de crier sur le moment. Ils ont été à deux doigts de rugir sur un tir de Freuler (80e) passé juste au-dessus de la lunette et un duel perdu par Seferovic (83e). Ils ont fini par le faire sur un tacle salvateur de Cömert devant Weah (82e), qui s’apprêtait à fusiller Sommer.

Les yeux en tribunes

Au Kybunpark, ce dimanche, les suiveurs de l’équipe de Suisse avaient aussi les yeux en tribunes. Vladimir Petkovic doit rendre sa liste définitive de 26 joueurs avant le 1er juin à 23h59 et, forcément, les absents du soir semblent partir avec une longueur de retard pour intégrer les derniers strapontins de disponibles pour l’Euro.

Le coach national n’a pas couché les noms d’Omeragic, de Ndoye, de Sow, de Kobel, de Mbabu ni de Gavranovic sur la feuille de match face aux Américains. Si Sow, Gavranovic et Mbabu ne s’en inquiètent certainement pas, les trois autres peuvent trembler. Ou alors le «Mister» a-t-il choisi de donner une ultime chance à un autre élément de le convaincre? On le saura mardi.

Suisse – États-Unis 2-1 (1-1)

Kybunpark. 100 spectateurs.

Arbitres: MM. Osmers, Beitinger/Schaal (All).

Buts: 5e Lletget 0-1. 10e Rodriguez 1-1. 63e Zuber 2-1.

Suisse: Sommer; Elvedi (46e Akanji), Schär, Benito (46e Zuber); Widmer, Xhaka, Zakaria, Rodriguez (68e Cömert); Shaqiri (46e Freuler); Seferovic (84e Fassnacht), Embolo (68e Mehmedi).

États-Unis: Horvath; Cannon (82e Yedlin), McKenzie, Brooks (61e Ream), Dest; Reyna (72e Weah), Yueill (61e Acosta), Lletget (61e Musah), Aaronson; McKennie, Sargent (72e Siebatcheu).

Notes: la Suisse sans Omeragic, Ndoye, Mvogo, Kobel, Mbabu ni Gavranovic (en tribunes). Les États-Unis notamment sans Pulisic ni Steffen (finale de Champions League). 42e, Rodriguez manque un penalty. 52e, Reyna tire sur le poteau.

Aucun avertissement.

Votre opinion