13.11.2014 à 13:48

JusticeUne virée compromet sa promotion militaire

Amateur de boîtes de nuit et de filles à champagne, condamné pour tentative d'escroquerie, un major rate le contrôle de sécurité nécessaire à sa promotion militaire.

Une virée dans un bar à champagne a compromis la promotion d'un militaire

Une virée dans un bar à champagne a compromis la promotion d'un militaire

Keystone

Un officier avait faussement annoncé le vol de ses cartes de crédit après de coûteuses virées dans un établissement nocturne. Il avait dû ensuite avouer à la police que c'était bien lui qui avait dépensé 4000 francs pour des boissons et des prestations tarifées offertes dans une boîte de nuit.

Par mandat de répression, le gradé - qui est juriste au civil - avait écopé d'une condamnation à 150 jours-amende avec sursis pour tentatives d'escroquerie et d'induction de la justice en erreur. Dans un arrêt diffusé jeudi, le TAF confirme que ces délits font «tache».

Contrôle de sécurité

Sur le point d'être promu commandant de bataillon, le gradé s'était soumis à un contrôle de sécurité sur sa personne, qui avait révélé la fâcheuse mésaventure et l'existence d'une autre virée dans un établissement, où il avait à nouveau payé les services de prostituées.

En janvier 2014, les services spécialisés de la Confédération avaient émis un pronostic défavorable à l'encontre du major, considérant qu'il y avait un risque car son comportement permettait de douter de sa parfaite intégrité et de son sens du devoir.

Saisi d'un recours, le TAF confirme l'appréciation. Il souligne que le gradé a démontré une «énergie criminelle importante» en tentant d'induire en erreur deux sociétés de cartes de crédit et la justice parallèlement. Même si les faits sont relativement anciens, puisqu'ils datent de 2009, il n'en reste pas moins qu'ils témoignent de l'existence d'un facteur risque qui le rend inapte à la promotion envisagée.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!