Syrie: Une voiture piégée explose: dix morts

Publié

SyrieUne voiture piégée explose: dix morts

Un attentat est survenu samedi dans l'ex-capitale du groupe Etat islamique, Raqa.

1 / 150
Amnesty International a accusé lundi le régime syrien et son allié russe de «crimes de guerre», après avoir documenté 18 attaques menées au cours de l'année passée contre des écoles et des centres médicaux du nord-ouest de la Syrie. (10 mai 2020)

Amnesty International a accusé lundi le régime syrien et son allié russe de «crimes de guerre», après avoir documenté 18 attaques menées au cours de l'année passée contre des écoles et des centres médicaux du nord-ouest de la Syrie. (10 mai 2020)

AFP
Les batteries antiaériennes syriennes ont intercepté lundi des frappes israéliennes dans le nord du pays, a affirmé l'agence de presse officielle Sana. (4 mai 2020 - Image d'archive)

Les batteries antiaériennes syriennes ont intercepté lundi des frappes israéliennes dans le nord du pays, a affirmé l'agence de presse officielle Sana. (4 mai 2020 - Image d'archive)

AFP
Des hélicoptères «israéliens» ont tiré des missiles sur le Sud de la Syrie, ont indiqué les médias étatiques syriens dans la nuit de jeudi à vendredi. (1er mai 2020)

Des hélicoptères «israéliens» ont tiré des missiles sur le Sud de la Syrie, ont indiqué les médias étatiques syriens dans la nuit de jeudi à vendredi. (1er mai 2020)

AFP

Au moins 10 personnes ont été tuées samedi dans un attentat suicide à la voiture piégée dans la ville de Raqa, ex-«capitale» de facto du groupe Etat islamique (EI) dans le nord de la Syrie, a rapporté une ONG.

L'attaque a tué cinq civils et cinq combattants des Forces démocratiques syriennes (FDS), alliance kurdo-arabe soutenue par Washington qui a arraché la ville à l'EI en octobre 2017, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Cet attentat, qui n'a pas été revendiqué dans l'immédiat, a été précédé par l'explosion d'une bombe dans un autre secteur de la ville qui a fait des blessés, selon l'OSDH, alors que l'EI mène régulièrement des attaques meurtrières dans son ancien bastion. «L'attentat à la voiture piégée visait une position des FDS», a indiqué à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, qui fait également état de 20 blessés.

Le «rond-point de l'enfer»

L'attaque s'est déroulée sur le rond-point «al-Naïm» (paradis, en arabe). C'est sur cette place que l'EI procédait à des décapitations et autres atrocités quand il était maître de la ville. La place avait à l'époque été rebaptisée «rond-point de l'enfer».

Le 9 avril déjà à Raqa, 13 personnes, dont une majorité de civils, ont été tuées dans un double attentat à la bombe revendiqué par l'EI. Les FDS ont proclamé le 23 mars la défaite du «califat» de l'EI, après avoir conquis l'ultime fief des djihadistes dans l'est de la Syrie au terme d'une offensive féroce soutenue par une coalition internationale emmenée par Washington.

L'EI dans la clandestinité

Après une montée en puissance fulgurante en 2014 et la conquête de vastes territoires en Syrie et en Irak, l'EI a aujourd'hui renoué avec la clandestinité et établi des «cellules dormantes» dans les régions autrefois sous son contrôle.

Les djihadistes de l'EI sont toujours disséminés dans le désert central de la badiya et dans d'autres secteurs en Syrie. Ils continuent de revendiquer des attaques dans les territoires contrôlés par les FDS.

Déclenché en 2011, le conflit en Syrie s'est complexifié au fil des ans avec l'implication de pays étrangers et de groupes djihadistes , sur un territoire de plus en plus morcelé. Il a fait plus de 370.000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.

(AFP)

Ton opinion