16.02.2015 à 18:56

SocialUnia Vaud remet en cause les préretraites chez Nestlé

Le syndicat Unia a souligné des éléments à rectifier suite à des mises en retraites anticipées.

Nestlé pointé du doigt par Unia Vaud en matière de préretraites.

Nestlé pointé du doigt par Unia Vaud en matière de préretraites.

Nestlé peut faire mieux en matière de préretraites, estime Unia Vaud.

Le syndicat a souligné ce lundi 16 février des éléments à corriger suite à des mises en retraites anticipées à Nestlé Vers-chez-les Blanc et Nescafé à Orbe (VD). L'entreprise s'étonne de ces griefs.

A Vers-chez-les-Blanc en 2013, la vingtaine de salariés concernés n'étaient pas au bénéfice d'une CCT. Ils ont été informés un ou deux jours avant de leur licenciement, a expliqué Yves Defferrard, responsable du secteur industrie Unia Vaud, lundi devant la presse.

«Ce n'est pas comme ça qu'on envisage le partenariat social. Ce n'est pas à la hauteur de ce que veut la direction générale et M. Brabeck», a-t-il relevé.

Fonds souhaité

De meilleures conditions ont été obtenues à Orbe, lors de la mise en préretraite de 24 salariés annoncée en mars 2014, a reconnu le responsable syndical. «Ce qui n'est pas acceptable, c'est que des employés ont dû s'inscrire au chômage», estime-t-il.

A l'instar d'entreprises patriarches du canton, Nestlé devrait mettre en place un fonds, qui verserait 80% du dernier salaire jusqu'à la retraite, soit l'équivalent du montant du chômage.

En outre, sur les 24 cas d'Orbe, sept cas de rigueur méritent un traitement particulier, car ces personnes ne s'en sortent pas, relate M. Defferrard. Mais Nestlé n'a pas voulu entrer en matière. Unia a aussi déploré le manque de discussion préalable dans ce qui aurait dû être un licenciement collectif.

Enfin, le responsable syndical a dénoncé l'absence de convention collective chez Nespresso à Avenches, Nestlé Vers-chez-les Blanc et Vevey, «même si des discussions sont en cours actuellement au niveau national».

Nombreuses mesures

Nestlé Suisse a été surpris du grief formulé publiquement lundi par Unia Vaud. Il a instauré et respecte depuis de nombreuses années un dialogue social avec ses collaborateurs et ses partenaires sociaux, indique l'entreprise veveysanne dans un communiqué.

En ce qui concerne le cas d«Orbe, Unia et les collaborateurs concernés ont été informés en date du 11 mars 2014. Tout au long des dix mois qui ont précédé leur mise à la retraite anticipée effective, Unia a été associé à l«accompagnement de ces collaborateurs.

De nombreuses mesures ont été mises en place. Au demeurant, la grande majorité des collaborateurs concernés a été satisfaite du plan de soutien.

Par ailleurs, en plus des discussions qui ont lieu depuis longtemps au niveau local, Nestlé Suisse a entrepris depuis plus d«une année des discussions sur le plan national avec Unia, justement dans le but de développer le dialogue. Il avait été convenu d«un commun accord de ne pas communiquer sur ces discussions, tant que l'accord n'est pas abouti, souligne la multinationale.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!