04.09.2020 à 16:00

FootballUrs Meier avoue avoir, une fois, arbitré bourré

L’ancien arbitre de la FIFA est revenu sur une anecdote du début de l’époque où il tenait le sifflet. Il y avoue avoir dirigé une rencontre encore bien alcoolisé.

von
Sport-Center
1 / 2
Urs Meyer est maintenant consultant pour Teleclub.

Urs Meyer est maintenant consultant pour Teleclub.

KEYSTONE
Urs Meier et Paul Ince avec les Three Lions lors d’un match de pool de l’Euro 2000. 

Urs Meier et Paul Ince avec les Three Lions lors d’un match de pool de l’Euro 2000.

KEYSTONE

Chaque chose à un début. La carrière d’arbitre d’Urs Meier l’a mené jusqu’au sommet, puisqu’il a sifflé une finale de Ligue des champions, sept demi-finales de la même compétition, quatre de Coupe du monde et cinq de championnats d’Europe. Mais avant de côtoyer les plus grandes stars et d’être un acteur de ces moments d’histoires, l’Argovien a dû commencer tout en bas.

L’ancien compagnon de Nicole Petignat, première femme à siffler une rencontre européenne, est revenu dans The Koray Sanchez Show sur une des 883 rencontres qu’il a dirigés. Il ne précise pas quand l’anecdote se joue, mais elle a dû avoir lieu au début de la carrière de l’Argovien. Urs Meier devait diriger un match de promotion entre Fislisbach (deuxième de troisième division) et Villmergen (troisième de la même ligue).

La veille, l’arbitre était invité à l’inauguration de la salle des fêtes de son village. Il avoue avoir bien profité jusqu’au petit matin, pensant pouvoir récupérer avant l’échéance. Mais le lendemain, difficile d’assumer. Une course dans la forêt n’y fait rien et l’homme en noir est obligé de se présenter sur le terrain encore un peu titubant. La rencontre est un fiasco selon lui: «J’ai infligé des sanctions qui ne l’étaient pas. Et puis j’ai remarqué que le public devenait un peu nerveux» souligne Urs Meier. Ce dernier aspect lui a fait progressivement peur et pendant la mi-temps, il a déplacé sa voiture juste à côté du terrain et range sa clé dans une poche, au cas où. Au moment de siffler la fin de la rencontre, il a alors couru dans sa voiture pour s’enfuir le plus vite possible.

Cette expérience peut paraître anodine, mais elle a participé à forger la carrière de l’arbitre: «Ce sont des moments de vie qui vous mènent plus loin. Après ça, j’ai sifflé tous les autres matches de ma vie sobre. Cette expérience m’a montré que si vous n’êtes pas sérieusement préparés, cela ne peut pas fonctionner».

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
11 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

000

04.09.2020 à 18:14

Triste mais à voir sa tête on voit qu’il aime le sirop

Armando

04.09.2020 à 18:07

L’arbitrage, même niveau du foot suisse!

Mendrisiotto

04.09.2020 à 17:50

Le football est foutu, des magouilles partout trop de fric en jeu