Tennis: US Open 2016: le titre malgré les doutes
Publié

TennisUS Open 2016: le titre malgré les doutes

Lors de sa dernière finale de Grand Chelem, Stan Wawrinka avait été victime d'une crise de panique avant d'entrer sur le court.

par
R.Ty
En 2016, Stan Wawrinka était allé chercher au plus profonde de lui-même les forces nécessaires pour remporter l'US Open.

En 2016, Stan Wawrinka était allé chercher au plus profonde de lui-même les forces nécessaires pour remporter l'US Open.

Keystone

Le 12 septembre dernier, Stant Wawrinka a remporté son troisième titre du Grand Chelem, en battant Novak Djokovic en quatre sets à New York (6-7 6-4 7-5 6-3). Pourtant, il a bien cru tout perdre avant même de commencer à jouer!

Stan Wawrinka a en effet été pris d'une crise de panique dans le tunnel qui mène au court central de Flushing Meadow. «J'étais nerveux comme jamais, a confié le Vaudois en conférence de presse, après sa victoire. J'ai commencé à trembler dans les vestiaires. Et à quelques minutes du match, quand je discutais des derniers réglages avec Magnus Norman (ndlr: Norman, son coach), je me suis mis à pleurer...»

Stan est donc entré sur el court les jambes flageolantes. J«'essayais de retenir mes larmes, mais je n'y arrivais pas. Peut-être avec la chaleur, tout le monde a cru que je transpirais. Tant mieux. J'étais proche du point de rupture, le moment où on laisse tout tomber, physiquement et nerveusement.»

Le premier set ne s'est évidemment pas déroulé comme Wawrinka aurait pu le souhaiter. «J'ai crié à mon box que je n'allais pas tenir, que je n'avais plus de jambes...»

Mais Stan s'est alors fixé de petits objectifs, comme renvoyer une balle difficile, gagner un point après l'autre. «J'ai poussé l'effort jusqu'à manquer de souffle. A ce moment-là, l'esprit n'est plus trop capable de réfléchir. (...) Je me suis tellement achevé que j'ai fini par étouffer les petites voix dans ma tête», racontait «Stan the Man» au Matin le lendemain de son sacre.

Et s'il lui arrivait la même chose ce dimanche? Ce nserait pas forcément une mauvaise chose...

Votre opinion