Valais - Vaccin Moderna chez Lonza: y a-t-il eu délit d’initié?
Publié

ValaisVaccin Moderna chez Lonza: y a-t-il eu délit d’initié?

Mi-avril 2020, Lonza informait le Conseil fédéral de la production du vaccin Moderna à Viège. Une bonne nouvelle communiquée au grand public seulement début mai. Entre-temps, l’action de l’entreprise a gagné 10% à la Bourse.

Qui connaissait avant tout le monde, au sein de Lonza, l’accord entre Moderna et l’entreprise valaisanne?

Qui connaissait avant tout le monde, au sein de Lonza, l’accord entre Moderna et l’entreprise valaisanne?

AFP

Des employés de Lonza, voire de l’Administration fédérale, se seraient-ils enrichis de manière peu scrupuleuse grâce au vaccin Moderna produit à Viège (VS)? C’est ce que laisse penser le Blick samedi sur son site internet. Le journal révèle qu’un volume inhabituel d’actions Lonza a été échangé au printemps dernier alors que la collaboration entre la firme valaisanne et l’entreprise américaine n’était pas encore connue du public.

Retour en arrière: mi-avril 2020, le président de Lonza, Albert Baehny, informait dans une lettre deux conseillers fédéraux, Simonetta Sommaruga et Alain Berset, d’un accord avec Moderna pour la production d’un vaccin à Viège. Un contrat historique pour la firme valaisanne. Dans la missive, Albert Baehny précisait les détails et le calendrier de la production. Une réunion avait été ensuite organisée le 1er mai à Berne entre le président de Lonza et Alain Berset. Et la bonne nouvelle avait été communiquée au grand public ce jour-là.

Problème: personne d’autre n’était censé être au courant de ce contrat historique pour Lonza. Or, selon les données du SIX Group qui gère la Bourse suisse, le volume d’échange des actions Lonza était inhabituellement haut à ce moment-là. Si en temps normal, quelque 200’000 actions sont échangées en moyenne chaque jour, ce volume a carrément doublé à près de 400 000 échanges durant la seconde moitié d’avril, raconte le Blick. En outre, l’action Lonza a gagné 10% pendant les deux semaines et demie qui séparent la lettre de Lonza et l’annonce au grand public.

Délit d’initié? La question est délicate

Y a-t-il eu du coup délit d’initié? En effet, la règle veut que les sociétés cotées en Bourse doivent informer le public de tous les faits susceptibles d’influer sur le prix de l’action. Sinon, il y a risque de transactions frauduleuses, les initiés pouvant utiliser des informations confidentielles pour tirer de gros profits en vendant ou achetant des actions au bon moment.

Le journal a interrogé plusieurs experts pour en avoir le cœur net. Mais aucun d’entre eux ne s’est risqué à se prononcer tant la situation est délicate, explique le Blick. Toutefois Lonza a assuré que la l’information au public avait été faite «conformément aux règles boursières». Selon l’entreprise, le contact avec le Conseil fédéral a été délibérément établi «à un stade précoce et en toute confiance, afin de donner à la Confédération la possibilité de participer.»

Quant au SIX Group qui gère la Bourse, on se refuse aussi à tout commentaire. On indique simplement enquêter systématiquement lorsque les circonstances sont suspectes et ouvrir une enquête si des irrégularités sont constatées. Selon le Blick, aucune enquête n’aurait été ouverte jusqu’ici.

(cht)

Votre opinion

70 commentaires