France - Vaccination obligatoire: déjà des démissions de soignants
Publié

FranceVaccination obligatoire: déjà des démissions de soignants

Une partie des blouses blanches sont très hostiles à la mesure annoncée lundi par Emmanuel Macron.

Une infirmière au chevet d’un patient covid à Saint-Denis.

Une infirmière au chevet d’un patient covid à Saint-Denis.

AFP

En France, la vaccination contre le coronavirus va devenir obligatoire pour tous les soignants, a annoncé lundi soir le président Emmanuel Macron. Comme on s’en doutait, cette mesure est très mal accueillie par une partie des blouses blanches. À tel point que quelques heures à peine après cette annonce, certains ont déjà annoncé qu’ils allaient démissionner.

«Il n’est pas question de me faire vacciner car j’ai peur pour ma santé, je connais un proche qui a aujourd’hui des séquelles graves après une injection. Je suis donc contrainte de démissionner», lâche une aide-soignante contactée par «Le Parisien». «Je parlerai à ma direction demain pour connaître ses volontés, à savoir si je vais jusqu’au 15 septembre ou si ma démission prend effet immédiatement.»

«Disposer de notre corps»

Son de cloche comparable chez une infirmière des Hôpitaux universitaires de Strasbourg, rencontrée par France Bleu. Elle aussi annonce sa volonté d’abandonner son métier. «Nous avons le droit de disposer de notre corps: si jai un cancer, que je ne veux pas de chimiothérapie, je peux refuser la chimiothérapie. Jaimerais que pour le vaccin cela reste aussi mon choix», plaide-t-elle.

Interrogée par CNews, Orlane Golliot est aide-soignante dans une maison de retraite de la région lilloise. «On n’a pas de recul sur le vaccin. Qui me dit que dans 10 ans je ne serais pas malade à cause de lui», avance-t-elle. Elle n’a pas encore pris de décision définitive mais envisage aussi une démission. «Je ne sais si je le ferais, si je reste dans mon travail ou si je change de voie», explique-t-elle.

42% complètement vaccinés

Combien sont prêts à suivre cette voie, en France? On ne le saura probablement qu’en septembre, quand l’obligation vaccinale deviendra réalité. Rappelons qu’elle concernera le personnel soignant mais aussi non soignant des hôpitaux, cliniques, maisons de retraite et établissements pour personnes en situation de handicap. «Tous les professionnels ou bénévoles qui travaillent au contact des personnes fragiles, y compris à domicile» sont également concernés.

«Le Parisien» rappelle la situation actuelle. Selon les données de mi-juin, chez les professionnels de santé 64% ont reçu une première dose et 42% sont complètement vaccinés.

(R.M.)

Votre opinion