Discrimination - Valais: le tarif famille refusé à un couple arc-en-ciel
Publié

DiscriminationValais: le tarif famille refusé à un couple arc-en-ciel

Les remontées mécaniques d’Aletsch ont dû s’excuser, après qu’une employée du guichet a expliqué que le forfait familial était réservé uniquement aux familles «avec père et mère».

par
Eric Felley
Jeroen et Sebastien Sindram, mariés depuis 18 ans, et leurs deux filles devant le glacier d’Aletsch (VS)

Jeroen et Sebastien Sindram, mariés depuis 18 ans, et leurs deux filles devant le glacier d’Aletsch (VS)

FB

Le 26 septembre dernier le peuple suisse a accepté le Mariage pour tous, mais visiblement le message n’est pas passé partout. Ainsi une affaire a fait grand bruit dans le Haut-Valais en fin de semaine dernière et continue d’alimenter l’actualité dans la presse valaisanne. La situation serait plutôt cocasse, si elle n’avait pas profondément blessé les principaux intéressés.

Habitués de la région de Fiesch (VS) depuis une vingtaine d’années, Jeroen et Sebastien Sindram, néerlandais et mariés depuis 18 ans, accompagné de leurs deux filles, voulaient se rendre le 19 octobre à l’Eggishorn en empruntant les remontées mécaniques d’Aletsch. Au guichet, ils ont demandé à pouvoir profiter d’un forfait famille. «Cela nous a été refusé parce que nous ne sommes pas une «famille traditionnelle», raconte Sebastien Sindram sur sa page Facebook. On lui précise que cette offre est valable seulement pour une famille «avec père et mère» et qu’il n’y avait pas de billet «pour de telles familles».

«Nos filles ont pleuré»

«On ne m’avait jamais dit directement en face que ma famille était inférieure juste parce que nous sommes deux hommes, écrit Sebastien. Nos filles ont pleuré. J’étais et je suis en colère». Une queue a commencé se former derrière le couple. D’autres clients sont intervenus en leur faveur. La femme au guichet a finalement appelé son patron quatre fois. Après une demi-heure de palabres, la famille arc-en-ciel a enfin pu obtenir son forfait.

L’incident a été raconté par le «Walliser Bote» et «20 Minuten» et repris par «Le Nouvelliste» de mardi. Le directeur des remontées mécaniques d’Aletsch, Valentin König s’est fendu de ses plus plates excuses: «Chère famille Sindram, écrit-il, nous regrettons profondément l’incident et nous nous en excusons formellement. Les pistes d’Aletsch sont bien sûr ouvertes sur le monde. Nous accueillons tous les invités et bien sûr les familles arc-en-ciel». Et d’ajouter que «cet incident inacceptable» sera traité à l’interne.

Campagne de sensibilisation

Sebastien et sa famille espèrent quant à eux que leur mésaventure aura valeur d’exemple pour les remontées d’Aletsch, mais également pour les autres domaines skiables, «afin que d’autres familles, qui ne correspondent pas à la vision du monde traditionnelle homme-femme, aient une meilleure expérience et ne subissent pas une telle discrimination insultante».

Du côté de Valais Wallis promotion, cité par «Le Nouvelliste», on estime qu’il faut tirer des leçons de cette affaire. Pour son directeur, Damian Constantin: «Cet exemple prouve qu’une sensibilisation des professionnels du tourisme, aussi pour une question d’image et de crédibilité, est en tout point nécessaire».

Votre opinion