Actualisé

InquiétantValais: un bouc abattu par balle dans son enclos

La balle qui a tué l’animal est passée à deux mètres de son propriétaire.

par
lematin.ch
Le bouc, baptisé Patrick, n'a pas pu être sauvé: il est décédé sur place. (Photo d'illustration)

Le bouc, baptisé Patrick, n'a pas pu être sauvé: il est décédé sur place. (Photo d'illustration)

iStock

Propriétaire d’un petit troupeau de chèvres aux Maragnènes, au-dessus de Sion, Werner Brenzikofer, 72 ans, était près de ses bêtes, retenues dans un enclos grillagé devant chez lui. Lorsqu’il a entendu un «sifflement». C’était une balle, qui a frappé un bouc prénommé Patrick, révèle «Le Nouvelliste» ce mercredi. «Il a fait un bond, un tour sur lui-même et il s’est affalé», témoigne son propriétaire.

Werner Brenzikofer a tenté de soigner l’animal. En vain. Il est mort. Puis le septuagénaire croit avoir vu «quelqu’un quitter les lieux, sans pouvoir l’identifier».

«Je tiens tellement à mes bêtes»

L’homme dit sa tristesse et sa colère dans le quotidien valaisan. «Je tiens tellement à mes bêtes. Je les bichonne tous les jours. Je suis devenu fou quand mon bouc est mort», témoigne-t-il. Et de lâcher: «À 2 mètres près, j’aurais pu recevoir cette balle.»

Le bouc a-t-il vraiment été pris pour cible? Ce serait inquiétant. Comme l’enclos se trouve en lisière de forêt, dans un secteur ouvert à la chasse, d’autres penchent plutôt pour une balle perdue – ce qui ne serait pas vraiment moins inquiétant.

«Le Nouvelliste» a contacté Peter Scheibler, le chef du Service de la chasse. Qui avance un autre élément pour le moins troublant. Au moment des faits, un jour non spécifié de ce mois de novembre, «les chasseurs utilisaient de la munition à grenaille et non des balles»… Son service va mener une enquête.

R.M.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!