28.06.2014 à 19:04

FOOTBALLValon Behrami: "Parfois, la peur a du bon"

Le demi défensif revient sur la défaite contre la France. Il analyse également les chances de la Suisse de l'emporter face à l'Argentine.

AP

AP

Valon Behrami s'était fait rare avant le premier match contre l'Equateur. Depuis, c'est lui essentiellement qui porte le message de l'équipe de Suisse. Un message d'espoir et d'humilité. "Nous pouvons gagner mardi contre l'Argentine. Il faut tout d'abord que nous soyons tous au top et que les Argentins connaissent un mauvais jour, explique-t-il. Ensuite, nous devons nous souvenir de notre match de Bâle contre le Brésil en août dernier. Se souvenir que nous pouvons battre les grandes équipes".

Valon Behrami affirme, par ailleurs, que le naufrage de Salvador contre la France a tout changé. "Il a changé notre manière de jouer en premier lieu, lance-t-il. Nous sommes revenus à nos fondamentaux après avoir tenté des choses lors des deux premiers matches. Ensuite, cette défaite a suscité chez nous la peur. La peur de ne pas passer le premier tour. Parfois, la peur a du bon. Elle donne de la force à l'équipe. Ce fut le cas pour nous. Contre l'Argentine, nous ne commettrons pas les mêmes erreurs que devant la France. Nous pouvons perdre ce huitième de finale. Mais nous ne le perdrons pas comme le match de Brasilia..."

Le Tessinois a, bien sûr, évoqué le profil des deux Argentins qui portent comme lui les couleurs du Napoli: Federico Fernandez et Gonzalo Higuain. "Fernandez est un défenseur très physique, très fort dans le jeu aérien, dit-il. Quant à Higuain, je n'espère qu'une seule chose: qu'il ne marque pas son premier but dans cette Coupe du monde mardi contre nous... On sait qu'il est l'un des meilleurs attaquants du monde". Même s'il ne peut pas échapper à cette manie qui consiste à décrire tous les adversaires comme des équipes extraordinaires, Valon Behrami a lâché un aveu qui fait du bien. "Le duo que je forme avec Gökhan Inler comme demis défensifs est l'un des meilleurs d'Europe !" A ses côtés, le capitaine Inler, qui a fêté ses 30 ans vendredi, a acquiescé. Si les deux hommes le démontrent mardi à Sao Paulo, l'aventure de la Suisse au Brésil pourrait devenir vraiment très belle.

(SI)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!