30.10.2020 à 14:14

CoronavirusVaud se calque sur les restrictions du Conseil fédéral

Le canton de Vaud a pris vendredi de petites restrictions en accord avec les mesures de la Confédération. Pas de fermeture des restaurants et des bars comme ce fut le cas dans le Jura.

Le canton de Vaud veut éviter un nouveau semi-confinement au coeur de l’automne et de l’hiver.

Le canton de Vaud veut éviter un nouveau semi-confinement au coeur de l’automne et de l’hiver.

KEYSTONE

Contrairement à d’autres cantons romands, Vaud n’a pas annoncé vendredi de mesures beaucoup plus restrictives que celles annoncées par le Conseil fédéral mercredi. Pas de fermeture des restaurants et des bars en vue et leur ouverture est maintenue jusqu’à 23h00. Seules trois nouvelles «petites» mesures ont été décidées.

Dans l’ensemble, le gouvernement vaudois a donc décidé de se calquer aux mesures de la Confédération et salue d’ailleurs les décisions sanitaires prises par le Conseil fédéral. «Nous constatons que celles-ci sont cohérentes et rejoignent largement celles que nous avions décidé de prendre la semaine dernière», a déclaré devant la presse à Lausanne Nuria Gorrite, présidente du Conseil d’Etat.

Tout au plus le canton actionne de petites restrictions dans trois domaines. «Nos décisions ne sont pas mues par la peur, mais par la responsabilité. Nous voulons éviter un nouveau semi-confinement au coeur de l’automne et de l’hiver», a affirmé Mme Gorrite. Elle a rappelé au passage que le canton avait dégagé plus d’un demi-milliard de francs de dépenses supplémentaires depuis le début de la crise du coronavirus.

Notion de manifestation privée étendue

Concrètement, Vaud étend la notion de manifestation privée (10 personnes maximum): en plus de la famille et des amis, elle concerne aussi toutes les manifestations dont les participants sont connus de l’organisateur, y compris dans le milieu associatif. «Le but est d’éviter que des personnes se servent de leur appartenance à une association pour justifier un repas ou un apéro à 50 personnes» a justifié Mme Gorrite.

S’agissant des manifestations publiques, elles se voient toutes imposer un plan de protection, masque et traçage obligatoires. Au niveau fédéral, seules les manifestations publiques se déroulant à l’extérieur nécessitent un plan de protection mais sans masques ni dispositif d’identification obligatoires.

Dans les établissements publics, l’obligation du traçage systématique est maintenue, même si le port du masque et les distances sont respectés. C’est moins souple qu’au niveau fédéral, puisque la Confédération ne prévoit l’identification que si ni les distances ni le port du masque ne peuvent être respectés.

Limiter les contacts pour Halloween

La présidente du gouvernement a insisté sur le fait que «tout était aussi dans les mains de la population». Le maintien des libertés de mouvement et de loisirs sont de la responsabilité de chaque citoyen respectueux des règles sanitaires, a-t-elle dit en substance.

A ce titre, le chef de l’état-major cantonal, Denis Froidevaux, a lancé un double appel solennel à la population. Le premier concerne la fête d’Halloween ce week-end: il recommande de limiter les contacts et de trouver des alternatives pour cette tradition.

Le second concerne le télétravail: il encourage vivement les entreprises à prôner le travail à la maison afin de participer à la réduction de 50% des contacts de chacun pour faire plier la courbe ascendante de la deuxième vague de la pandémie.

M. Froidevaux a aussi annoncé que des affichages étaient prévus pour indiquer les zones extérieures à risque où le masque est indispensable dans les villes, villages et espaces particuliers.

Cliniques privées approchées

Aussi présente, la conseillère d’Etat en charge de la santé, Rebecca Ruiz, a fait un point de la situation sanitaire dans le canton. A ce jour, 43 personnes sont aux soins intensifs pour 229 hospitalisations totales. Il y a actuellement 226 cas positifs dans les EMS vaudois et 35 décès depuis le 2 août.

Mme Ruiz a aussi affirmé qu'»une étape avait été enclenchée" avec les cliniques privées pour venir en soutien à la surcharge qui se profile au CHUV et dans les hôpitaux régionaux. Une séance a eu lieu vendredi matin à ce sujet pour déterminer exactement les disponibilités des cliniques pour accueillir des malades Covid ou non Covid, surtout du CHUV dans un premier temps.

(ATS)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!