Actualisé

AllemagneVendredi noir pour Lufthansa

Une grève historique des hôtesses et stewards de Lufthansa sur les salaires a contraint la compagnie aérienne allemande à annuler des centaines de vols vendredi. En Suisse, 20 liaisons dans chaque sens ont été supprimées. Seuls les aéroports de Genève et de Zurich ont été concernés.

AFP

La compagnie aérienne allemande a annulé des centaines de vols vendredi.

«Plus de 100'000 passagers sont touchés», a indiqué un porte- parole du transporteur.

Environ la moitié des 1800 vols de Lufthansa ont été annulés vendredi, en raison d'un débrayage de 24 heures qui a démarré jeudi minuit, a-t-il ajouté. «Toutes les régions en Allemagne et tous les types de vols (moyen et long-courriers) sont touchés».

A Francfort, troisième aéroport d'Europe et premier noeud aérien de Lufthansa, la pagaille a été évitée. Les voyageurs ont été notamment informés par textos de l'annulation de leurs vols, selon un porte-parole du transporteur. Ils pouvaient également s'informer sur Internet. A Berlin, les allées étaient vides de voyageurs, a constaté une journaliste sur place.

Vols annulés samedi

«Lufthansa s'est apparemment mieux préparée cette fois», a constaté Nicoley Baublies, chef du syndicat UFO, qui revendique l'adhésion d'environ deux tiers des quelque 18'000 hôtesses et stewards de la compagnie. Pour samedi, le porte-parole de Lufthansa a pour l'instant estimé à «13» le nombre de vols annulés du fait des conséquences de la grève de vendredi.

Des manifestations organisées par UFO ont eu lieu à proximité de différents aéroports, comme à Francfort, où, plusieurs centaines de personnes, revêtues de chasubles jaunes, selon un journaliste de l'AFP, protestaient dans le calme, avec des banderoles telles que «nous sommes le coeur de Lufthansa».

Arbitrage d'une médiateur

La direction de Lufthansa et UFO se sont mis d'accord pour qu'un médiateur tente de mettre fin au conflit social, a-t-on appris vendredi soir auprès de la direction. La procédure de conciliation doit notamment concerner «la grille de salaires collective» des stewards et hôtesses, ainsi qu'un «accord d'intéressement» pour ces mêmes personnels.

La direction et le syndicat UFO doivent signer une convention d'arbitrage d'ici mercredi. En fin d'après-midi, la direction avait annoncé «renoncer «unilatéralement à l'avenir et sans condition à introduire des équipages de cabine extérieurs à Berlin», une exigence qui était l'une des revendications centrales du syndicat.

Pas de nouvelle grève

UFO réclame une hausse de salaire de 5% sur 12 mois à compter d'avril 2012, après trois ans de stagnation. La compagnie a proposé d'augmenter les rémunérations de 3,5%, de renoncer aux licenciements économiques et aux contrats à durée déterminée.

«A partir de demain, il n'y aura plus aucune grève jusqu'à ce que nous acceptions ou rejetions la proposition du médiateur», a indiqué Nicoley Baublies. «Nous avons reçu des signaux clairs que Lufthansa allait bouger», a-t-il ajouté.

Le mouvement de grève avait démarré vendredi dernier par un premier débrayage de huit heures à l'aéroport de Francfort avant de s'élargir à toute l'Allemagne. La compagnie cherche à réduire ses coûts, dans le cadre d'un plan qui prévoit d'augmenter son chiffre d'affaires annuel de 1,5 milliard d'euros d'ici 2014.

(ats/afp)

Votre opinion