France - Vent de fronde contre l’éolien en mer
Publié

FranceVent de fronde contre l’éolien en mer

Près de 400 pêcheurs ont exprimé leur ras-le-bol vendredi en Normandie. La raison? Ils estiment que les éoliennes projetées en mer détruisent leur travail.

1 / 4
À Cherbourg, les manifestants ont déversé des poissons devant l’entrée du comité local des pêches.

À Cherbourg, les manifestants ont déversé des poissons devant l’entrée du comité local des pêches.

AFP
Les marins-pêcheurs protestent contre l’implantation en mer d’éoliennes, «qui tuent la pêche».

Les marins-pêcheurs protestent contre limplantation en mer déoliennes, «qui tuent la pêche».

AFP
À Cherbourg, les manifestants ont bloqué pendant un peu moins d’une heure la sortie des véhicules d’un ferry.

À Cherbourg, les manifestants ont bloqué pendant un peu moins d’une heure la sortie des véhicules d’un ferry.

AFP

En Normandie, des marins-pêcheurs ont crié leur colère vendredi. Ils protestent contre limplantation en mer déoliennes, «qui tuent la pêche». À Cherbourg, les manifestants ont bloqué pendant un peu moins d’une heure la sortie des véhicules d’un ferry. Ils ont également déversé des poissons devant l’entrée du comité local des pêches.

«Depuis 15 ans, ils ont mis des éoliennes dans la mer du Nord, y a plus un poisson. C’est pour ça que l’hiver, les Hollandais viennent pêcher chez nous.»

Franck Rutten, pêcheur au Havre

«À bas les éoliennes», «marins-pêcheurs en colère», ont crié à plusieurs reprises quelques-uns des pêcheurs qui ont défilé dans les rues du Havre. La plupart des manifestants étaient Normands, mais quelques pêcheurs bretons et du Pas-de-Calais avaient fait le déplacement.

La présidente de Sea Shepherd France, Lamya Essemlali, a également manifesté aux côtés des pêcheurs, au Havre, pour «défendre la vie marine, qui va être mise à mal par les éoliennes». L’association de défense de l’environnement Robin des bois était aussi représentée pour rejeter la vente des mers.

«Ras-le-bol total»

«Non à la mort de la pêche artisanale», pouvait-on lire sur une banderole au Havre, où un mannequin pendu en ciré jaune affichait «arrêtons le massacre». Maxime Leroy, jeune patron-pêcheur d’un bateau de 16m à Boulogne, explique avoir fait sept heures de mer pour manifester au Havre. «Les pêcheurs vont crever la faim», martèle-t-il. «Les Anglais viennent pêcher chez nous, mais nous, on n’a nulle part où se rabattre»

«Depuis 15 ans ils ont mis des éoliennes dans la mer du Nord, y a plus un poisson. C’est pour ça que l’hiver, les Hollandais viennent pêcher chez nous», estime Franck Rutten, pêcheur havrais. Pour son collègue André Tesson, «c’est un ras-le-bol total. Les éoliennes, c’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.»

Ils préfèrent le nucléaire

Contrairement à nombre de pays européens comme le Royaume-Uni, l’Allemagne, le Danemark ou la Suède, la France ne compte encore aucun parc éolien au large de ses côtes. Mais au moins huit sont en projet, dont quatre au large de la Normandie. Cette énergie est prônée par le gouvernement comme par des associations écologistes comme Greenpeace, afin de faire face au dérèglement climatique. Dans leur communiqué de presse, les organisateurs de la manifestation plaident, eux, pour l’énergie nucléaire, très présente en Normandie.

(AFP)

Votre opinion

1 commentaire