01.03.2012 à 07:01

AstronomieVénus tourne moins vite sur elle-même

L'«étoile du berger» ralentit. Ses jours ont ainsi pris 6 minutes depuis les années 1990. Un jour vénusien équivaut actuellement à 243 jours terrestres.

Vénus est la troisième plus grande planète de notre système solaire.

Vénus est la troisième plus grande planète de notre système solaire.

Keystone

La planète Vénus, qui tournait déjà très lentement sur elle-même dans les années 1990, a encore ralenti. Elle a gagné au passage plus de 6 minutes par jour, révèle une étude. L’écart reste toutefois minime puisque la durée d’une journée vénusienne équivaut à 243 jours terrestres.

«Mais ce décalage est important à l’échelle astronomique», souligne Pierre Drossart, directeur du Laboratoire d’études spatiales et d’instrumentation en astrophysique (CNRS/Observatoire de Paris), qui a analysé les dernières données fournies par la sonde européenne Venus Express.

Le spectromètre VIRTIS embarqué à bord de la sonde a en effet récemment cartographié la surface du sol vénusien. Surprise: les scientifiques ont découvert un décalage entre leurs cartes et celles dressées dans les années 1990 par le satellite américain Magellan, avec des différences pouvant atteindre 20 kilomètres par endroits.

«Les diverses sources d’erreur ayant été écartées, l’interprétation de cette différence est que la durée du jour elle- même a dû changer au cours de ces seize dernières années», un écart évalué à 6,5 minutes terrestres par jour vénusien, explique l’Observatoire de Paris dans un communiqué.

Aussi vrai pour la Terre

La raison la plus probable d’une telle variation tient à l’interaction entre la surface et l’atmosphère de Vénus. Si elle est proche de notre planète par sa masse et sa taille, «l’étoile du Berger» a une atmosphère beaucoup plus dense, dont les frottements peuvent modifier sa rotation en fonction des vents et des températures.

«C’est comme quand le patineur ramène ses bras le long du corps et qu’il se met à tourner plus vite. Quand les masses de l’atmosphère se modifient, pour des questions de météo par exemple, à ce moment là il peut y avoir une petite variation, par compensation, de la rotation de la planète», a expliqué Pierre Drossart.

Sur Vénus, où la haute atmosphère tourne beaucoup plus vite que la surface, les frottements et le décalage qu’ils provoquent seraient donc très marqués. «C’est aussi vrai pour la Terre mais là, les décalages sont de l’ordre de quelques dixièmes de seconde», souligne M. Drossart.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!