30.10.2020 à 15:33

Canton du ValaisVerbier lance sa saison d’hiver

Les fans de ski de la région et d’ailleurs étaient au rendez-vous ce vendredi pour l’ouverture d’une partie du domaine skiable de la station valaisanne.

1 / 4
Afficionados du coin et d’autres cantons étaient au rendez-vous.

Afficionados du coin et d’autres cantons étaient au rendez-vous.

KEYSTONE
Beaucoup de jeunes, mais aussi quelques familles ont choisi de venir s’amuser et penser à autre chose.

Beaucoup de jeunes, mais aussi quelques familles ont choisi de venir s’amuser et penser à autre chose.

KEYSTONE
Le plan de protection à Verbier prévoit le port du masque obligatoire sur toutes les installations et dans les files d’attente.

Le plan de protection à Verbier prévoit le port du masque obligatoire sur toutes les installations et dans les files d’attente.

KEYSTONE

La station valaisanne de Verbier a ouvert ce vendredi une partie de son domaine skiable. Afficionados du coin et d’autres cantons étaient au rendez-vous. Doublement masqués.

Entre le Châble et Verbier, la nature est encore verte, mais un peu derrière, dans le secteur du Lac des Vaux, un manteau blanc a bel et bien recouvert les premières pistes. «Je ne viens pas si tôt d’habitude», explique à Keystone-ATS Léonie de Lausanne. Mais quand son ami, un habitué des premières neiges, lui a parlé de Verbier, elle n’a pas hésité longtemps à l’accompagner.

Comme eux, beaucoup de jeunes, mais aussi quelques familles ont choisi de venir s’amuser et penser à autre chose. «Je n’avais pas skié depuis trois ans», raconte par exemple une autre touriste assise sur un télésiège. Le soleil brille, les espaces sont grands: l’ambiance est moins oppressante qu’en ville.

Le Lac des Vaux est ouvert les samedis et dimanches en novembre et quotidiennement dès le 5 décembre. D’autres pistes ouvriront dès que l’enneigement le permettra, promet un communiqué de Téléverbier diffusé mercredi au moment où le Conseil fédéral renforçait les mesures sanitaires.

«Pas comme les autres»

Les stations, elles, ne sont pas visées et Verbier n’est pas la seule à démarrer sa saison d’hiver. Saas Fee invite via son site internet les sportifs à venir profiter «ce week-end de plus de 30 kilomètres de pistes, de cinq téléskis et d’un télésiège». Et Zermatt l’a fait, il y a trois semaines.

«Même si elle ne sera pas comme les autres, la saison 2020/2021 débute comme d’habitude», se réjouit le président des Remontées mécaniques valaisannes Didier Défago. Cet été, les concepts de sécurité mis en place «se sont avérés efficaces» et la pratique du ski sur les glaciers à Saas-Fee et Zermatt «s’est déroulée sans problème», abonde-t-il.

Le plan de protection à Verbier prévoit le port du masque obligatoire sur toutes les installations et dans les files d’attente. «Nous comptons aussi sur la responsabilité des gens», détaille le directeur de Téléverbier Laurent Vaucher. Ce dernier appelle par ailleurs les amoureux de la neige à acheter leurs abonnements en ligne afin d’éviter le plus possible les attroupements.

Port du masque respecté

En ce premier jour, les skieurs sont exemplaires. Qu’il soit chirurgical, en tissu, ou sous forme de tour de cou, tous portent un masque, constate Keystone-ATS. Certains le laissent pour skier, histoire de ne pas devoir le retirer avec des gants, d’autres le placent sur le menton, le temps de dévaler la piste.

«Tant qu’on peut skier, devoir porter un masque ne me dérange pas particulièrement», affirme Dorian qui a fait le voyage depuis Neuchâtel.

Verbier, Saas Fee et Zermatt ont obtenu le label «Clean & Safe» signalant que les prestataires se sont engagés à respecter et à mettre en œuvre toutes les mesures du concept de protection. Tout comme une grande partie des stations, d’ailleurs.

Quid des restaurants?

Mais tout n’est pas encore réglé. Les domaines échappent d’une certaine manière aux restrictions grâce à leurs tailles, mais «il nous faut trouver une parade pour faire face à la perte de revenu qui s’annonce», relève Laurent Vaucher. Ce dernier estime que les Suisses auront du mal à compenser le manque de touristes internationaux, comme ils l’ont fait cet été.

Sans compter que toutes les infrastructures satellites doivent se plier aux nouvelles règles de l’OFSP: «nous cherchons des solutions pour atténuer l’impact de la crise sur les restaurants notamment», explique le directeur qui ne se fait pas trop d’illusion quant aux offres liées à l’après-ski.

(ATS/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!