Fribourg - Verdict du Block Friday: tous les accusés sont coupables
Publié

FribourgVerdict du Block Friday: tous les accusés sont coupables

Le juge de police de la Sarine a condamné la trentaine de militants du climat ayant participé à une action de blocage lors du Black Friday 2019.

par
Xavier Fernandez

Les militants condamnés sont déçus mais pas abattus.

20 minutes

Déception, incompréhension, colère. Tels étaient les sentiments de la trentaine d’activistes du climat et leurs avocats, vendredi à Fribourg, après que le juge de police de la Sarine a rendu son verdict dans le très médiatique procès du Block Friday. C’est que, à une petite exception près (lire encadré), ils ont tous été reconnus coupables des différents chefs d’accusation. «C’est comme si le juge n’avait rien écouté de tout ce que nous avons dit pendant trois jours», évoquait l’un des militants.

Le juge a considéré illégale leur participation à une manifestation non autorisée, lors du Black Friday 2019, en ville de Fribourg. Pour rappel, ils avaient bloqué durant environ deux heures l’accès principal d’un centre commercial. Une partie d’entre eux s’étaient notamment enchaînés, assis dans des caddies ou couchés par terre, de sorte que les clients de Fribourg Centre n’ont eu d’autre choix que d’emprunter d’autres accès pour entrer ou sortir du centre commercial. Ceux qui ont participé directement au blocage se sont ainsi rendus coupables de contrainte et ont été condamnés à des peines de 10 jours-amende (entre 20 et 30 francs le jour), avec sursis durant deux ans.

Des amendes pour tout le monde

En outre, ceux qui encadraient la manifestation et qui distribuaient des tracts ou renseignaient les passants ont également été sanctionnés pour un usage accru et non conforme du domaine public, trouble de la tranquillité publique et refus d’obtempérer aux injonctions de la police, lorsque celle-ci leur a demandé de quitter les lieux. Ils ont tous été condamnés à des amendes allant de 100 à 400 francs. «On va en appel, on va en appel», chantaient-ils tous en chœur en sortant de la salle d’audience, aménagée pour l’occasion à Forum Fribourg.

Sans nier l’urgence climatique, le juge a argumenté que le réchauffement climatique n’est pas une menace imminente, au sens où l’entend la loi. De plus, l’action menée en 2019 n’était pas nécessaire et elle n’a eu aucune influence sur le réchauffement climatique. Il a souligné ensuite qu’il existe des moyens légaux d’intervenir, par exemple des initiatives populaires. Pour finir, il a expliqué que: «Les procédures d’autorisation pour organiser une manifestation ne sont pas une limitation de la liberté d’expression et du droit de manifester, mais une façon de permettre aux autorités d’assurer leur bonne tenue».

Accusée par erreur

L’une des accusés a été acquittée de la contrainte, car elle n’avait pas participé directement au blocage du centre commercial, contrairement à ce qui ressortait du rapport de police. C’est la seule exception, dans le verdict du juge de police. Toutes les autres accusations, contre la trentaine de prévenus, ont abouties à des condamnations.

Votre opinion