Santé: Vers des forfaits dans le domaine ambulatoire
Actualisé

SantéVers des forfaits dans le domaine ambulatoire

La motion PLR qui demande des forfaits dans l'ambulatoire constitue une solution à l'incapacité des médecins et assureurs à s'entendre sur la tarification médicale.

Un des modèles à suivre pourrait être le recours à des forfaits au cas par cas dans l'ambulatoire.

Un des modèles à suivre pourrait être le recours à des forfaits au cas par cas dans l'ambulatoire.

Keystone

Face au blocage entre médecins et assureurs, qui n'arrivent pas à se mettre d'accord sur la tarification médicale (Tarmed), le Parlement met la pression. Le Conseil des Etats a transmis mercredi une motion PLR du National qui demande des modifications, par exemple en introduisant des forfaits dans l'ambulatoire.

Le Conseil fédéral a récemment dû imposer une adaptation du Tarmed, entrée en vigueur début 2018. Pour le PLR, cette solution doit rester provisoire. Dans sa motion, approuvée tacitement par les sénateurs, le parti demande de revoir la loi sur l'assurance maladie pour garantir les futures adaptations de la grille tarifaire.

Un des modèles à suivre pourrait être le recours à des forfaits par cas comme c'est le cas dans le domaine stationnaire hospitalier. La tarification à la prestation serait conservée, mais les partenaires tarifaires auraient parallèlement la possibilité de convenir d'autres formes de facturation. Le PLR souhaite en outre qu'aucun des acteurs du domaine de la santé ne détienne un droit de veto.

Faute d’être revue, la grille tarifaire Tarmed incite à un accroissement du volume des prestations, pointe du doigt le PLR. Les soins excédentaires qui en résultent coûtent cher et exposent les patients à des risques inutiles pour leur santé. Des procédures qui sont devenues meilleur marché sont rémunérées à un tarif trop élevé, attisant inutilement la hausse des primes. Les indemnités forfaitaires ont l'avantage de favoriser la réalisation efficace de prestations de soins et d'être facilement mises en oeuvre.

Le Conseil fédéral ouvert

Le Conseil fédéral est ouvert à une telle solution, a expliqué le ministre de la santé Alain Berset. Il a rappelé que le groupe d’experts institué par son département s’est lui aussi attelé à cette question dans son rapport d’août 2017 intitulé «Mesures visant à freiner la hausse des coûts dans l’assurance obligatoire des soins».

Un premier paquet de mesure sera mis en consultation avant la fin de l'année, a annoncé M. Berset. Un des éléments de ce paquet sera précisément les forfaits dans le domaine des soins ambulatoires.

Déjà un accord signé

Certains acteurs de la santé ont déjà pris les devants. En février, l'association d'assureurs maladie santésuisse et les ophtalmologues ont signé un accord sur des forfaits. Ils s’appliqueront désormais aux opérations de la cataracte et du glaucome ainsi qu’aux injections intravitréennes (intervention sur le corps vitré).

Ce tarif doit encore être approuvé par les directeurs cantonaux de la santé. L'adhésion est facultative pour les médecins spécialistes. D’autres forfaits pour la chirurgie de la main, la radiologie, la chirurgie pédiatrique et l’orthopédie sont en préparation.

(ats)

Votre opinion