France: Vers la fin des dauphins et des orques en captivité
Actualisé

FranceVers la fin des dauphins et des orques en captivité

La reproduction en captivité a été interdite dans un arrêté publié samedi à l'initiative de Ségolène Royal.

Cette mesure visant les orques et dauphins en captivité a suscité la colère du directeur du Marineland d'Antibes dans le sud de la France, qui l'a qualifiée de «bombe». (Photo d'archives)

Cette mesure visant les orques et dauphins en captivité a suscité la colère du directeur du Marineland d'Antibes dans le sud de la France, qui l'a qualifiée de «bombe». (Photo d'archives)

AFP

La reproduction des dauphins et des orques en captivité est désormais interdite en France, en vertu d'un arrêté publié samedi imposant des règles plus strictes aux delphinariums. Des associations se sont réjouies, y voyant «la fin programmée des cirques marins».

Une version précédente de ce texte, signée mercredi par la ministre de l'environnement Ségolène Royal, se contentait de prévoir un «contrôle étroit de la reproduction des dauphins», en fonction de «la configuration et la taille des bassins», selon un communiqué diffusé par le ministère.

Ni reproduction, ni échanges, ni importations

Mais Ségolène Royal «a repris le texte avant qu'il soit publié et a souhaité être plus radicale», a précisé le ministère samedi. Elle a notamment «appris que certains animaux étaient drogués et a voulu aller plus loin», a-t-on ajouté. Le texte prévoit aussi une augmentation d'au moins 150% de la surface des bassins.

«En clair, cela signifie la fin des programmes de reproduction, d'échanges ou d'importation (...). Sans renouvellement possible, cela signifie tout simplement la fin programmée des cirques marins sur notre territoire», se sont réjouies les associations Code Animal, la Dolphin Connection, One Voice, Réseau Cétacés et Sea Sheperd. «Cette avancée française est historique», ont-elles souligné dans un communiqué.

Cette mesure a en revanche suscité la colère du directeur du Marineland d'Antibes dans le sud de la France, qui l'a qualifiée de «bombe», dans le quotidien Var-matin.

Les établissements ont six mois pour se conformer à l'arrêté, sauf pour les travaux de mise en conformité des bassins, qui devront être réalisés dans un délai de trois ans.

(ats)

Votre opinion