Publié

«Immigration massive»Vers une lutte autour de la main-d'œuvre qualifiée

Selon le chef de la politique économique du Seco Eric Scheidegger, le défi consistera à appliquer le texte de l'UDC sans mettre en péril la prospérité économique du pays.

Eric Scheidegger.

Eric Scheidegger.

Keystone

L'initiative contre l'immigration de masse va déboucher sur une lutte autour de la répartition de la main-d'œuvre qualifiée, estime le chef de la politique économique du Seco. Selon Eric Scheidegger, le défi consistera à appliquer le texte de l'UDC sans mettre en péril la prospérité économique du pays.

A ce stade, il est difficile d'évaluer si celui-ci sera dommageable à l'économie, car cela dépendra surtout du système de contingents que la Suisse va mettre en place, analyse celui qui est aussi le vice-directeur du Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco).

La réaction de l'Union européenne (UE) sera liée à l'orientation que prendra la politique européenne suisse, explique-t-il dans une interview publiée samedi dans les journaux alémaniques Tages-Anzeiger et Bund. Différents accords bilatéraux pourraient passer à la trappe.

Et Eric Scheidegger d'insister: c'est grâce à ces accords que la Suisse est fortement intégrée au sein du marché intérieur de l'UE. Si la voie bilatérale est compromise, c'est la prospérité économique du pays qui est mise en danger.

Quelles limites à l'immigration?

D'après lui, les débats porteront en particulier sur les limites à l'immigration. Les contingents pourraient par exemple être moins élevés pour les pays tiers et plus gros pour les Etats membres de l'UE.

Mais «plusieurs branches revendiquent également un accès à une main-d'œuvre en provenance de pays tiers», avertit-il. Il faudra donc aussi que les contingents correspondent aux attentes des cantons et aux besoins du marché, poursuit-il.

(ats)

Ton opinion